Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Derrière Le "Poilu", Cherchez La Femme ... -4- Madelon

Publié le par Perceval

La-Madelon-Carte-postale.jpgLa Madelon, parfois dénommée Quand Madelon, a été écrite par Louis Bousquet sur une musique de Camille Robert. Divers comiques-troupiers l'interprètent, notamment Charles-Joseph Pasquier, connu sous son nom de scène, Bach.

C'est le 24 avril 1914 que La Madelon aurait été créé...

Cette chanson n'eut aucun succès à ses débuts, lorsqu'elle fut interprétée par le chanteur Bach devant une assistance civile. Mais c'est au théâtre aux armées que cette chanson doit son immense popularité. Interprétée par ce même Bach en fin de récital, un soir où il avait épuisé tout son répertoire, devant une parterre de poilus en permission, ce fut tout à coup un véritable triomphe qui ne s'est pas démenti depuis. La Madelon passe depuis pour avoir gagné la guerre, et d'autres chansons ont repris avec succès ce prénom symbolique: "La Madelon de la Victoire" (1919) et "Victoire, la fille de Madelon" (1939).

 

 

1. Pour le repos, le plaisir du militaire,
Il est là-bas à deux pas de la forêt
Une maison aux murs tout couverts de lierre,
«Aux Tourlouroux», c’est le nom du cabaret.
La servante est jeune et gentille,
Légère comme un papillon
Comme son vin, son œil pétille,
Nous l’appelons la Madelon.
Nous en rêvons la nuit, nous y pensons le jour
Ce n’est que Madelon, mais pour nous c’est l’amour.

Quand Madelon vient nous servir à boireQuand_Madelon.jpg
Sous la tonnelle on frôle son jupon,
Et chacun lui raconte une histoire,
Une histoire à sa façon
La Madelon pour nous n’est pas sévère
Quand on lui prend la taille ou le menton
Elle rit, c’est tout le mal qu’elle sait faire
Madelon ! Madelon ! Madelon !

2. Nous avons tous au pays une payse,
Qui nous attend et que l’on épousera,
Mais elle est loin, bien trop loin pour qu’on lui dise
Ce qu’on fera quand la classe rentrera.
En comptant les jours on soupire,
Et quand le temps nous semble long,
Tout ce qu’on ne peut pas lui dire
On va le dire à Madelon.
On l’embrass’ dans les coins. Ell’ dit : «Veux-tu finir…»
On s’figur’ que c’est l’autr’, ça nous fait bien plaisir.

Refrain.

3. Un caporal en képi de fantaisie
S’en fut trouver Madelon un beau matin
Et fou d’amour, lui dit qu’elle était jolie
Et qu’il venait pour lui demander sa main.
La Madelon, pas bête, en somme,
Lui répondit en souriant :
«Et pourquoi prendrai-je un seul homme
Quand j’aime tout un régiment.
Tes amis vont venir. Tu n’auras pas ma main,
J’en ai bien trop besoin pour leur verser du vin».

Refrain.


Peu de chansons de 1914-1918 occupent dans l’imaginaire collectif une place aussi importante que « Madelon ... ». Cet hymne des poilus, véritable talisman qu’ils connaissaient tous par cœur, les touchait car elle exprimait exactement leur ressenti.

madelon.jpg

On a de Quand Madelon l’idée d’une chanson grivoise, faite pour amuser les « poilus » au café-concert. C’est le contraire : ceux qui l’entendaient pleuraient et la redemandaient parce qu’elle exprimait exactement leur ressenti : le propre d’une grande chanson. Il est vrai qu’elle propose une vraie mise en abîme pour le soldat : elle se passe dans un « tourlourou » (1) , un cabaret où l’on vient chanter, à l’écart des combats, et où s’installe peu à peu une petite économie parallèle, axée autour du divertissement.

Précisément, cette femme, Madelon, est là pour faire penser à toutes les autres. Elle donne du vin, rien de plus. Si l’on est trop entreprenant, « elle rit, c’est tout le mal qu’elle sait faire » , généreuse comme une sœur, sans agressivité (l’inverse de l’horreur des combats), dont il ne faut pas tomber amoureux mais dont la présence et la gentillesse suffisent à assouvir le manque. Quand Madelon est donc tout l’inverse d’une chanson comique. « C’est l’hymne de cœur des poilus qu’il faut entendre avec sa mélancolie, comme un Lied de Schubert ! » , selon Olivier Hussenet, artiste permanent au Hall de la chanson. Cette chanson est un talisman. Certains affirment qu’on ne la chantait pas en allant se battre. C’eût été la galvauder. D’autres au contraire disent qu’ils se la répétaient en eux-mêmes pour ne pas s’effondrer. Comme une prière.

(1) L'origine du mot « tourlourou » reste sujet à interprétations. La plus vraisemblable semble celle d'un mot populaire voir argotique désignant un (éventuellement jeune) soldat d'infanterie. Il est aux Antilles le nom d'un crabe de terre ; les matelots comparant le fantassin à ce crustacé...
Il désignerait aussi ces comiques-troupiers qui ont, justement, assuré en partie la popularité de Madelon.


Derrière le "poilu", cherchez la femme … -3- la mère

Derrière le "poilu", cherchez la femme … -3- la mère

 Le 1er août 1914, le gouvernement français décrète la mobilisation générale. Deux jours après avoir…
Derrière le "poilu", cherchez la femme … -1-

Derrière le "poilu", cherchez la femme … -1-

 A quoi ( à qui …) rêve le poilu? Loin des yeux, loin du front, les femmes sont néanmoins omniprésentes dans l’imaginaire des…
Derrière le "poilu", cherchez la femme … -2- l'infirmière

Derrière le "poilu", cherchez la femme … -2- l'infirmière

 Les personnels de santé ont rarement vu une telle accumulation d’horribles blessures et de corps fracassés que…

Commenter cet article