Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dante Gabriel Rossetti et ses " Béatrice " - Elizabeth Siddal - 2

Publié le par Perceval

Revenons, à Dante Gabriel Rossetti, Parallèlement à son activité picturale, il traduit et publie des poèmes de Dante ainsi que d'autres auteurs italiens du Moyen Âge, toujours passionné par cette époque.

La vie privée de Rossetti fut profondément liée à son œuvre, surtout dans ses relations avec ses modèles et muses : Elizabeth Siddal et Jane Burden.

 *

Ophelia-by-John-Everett-Millais.jpg

* Elle s'appelle Lizzie Siddal, et elle est le visage des peintres préraphaélites. Elle est le visage d'Ophélie du peintre John Everett Millais d'Ophélie, et d'un grand nombre d'œuvres de Dante Gabriel Rossetti. Elle est née le 25 Juillet 1829.lizziesiddaldotcom.jpg

Lizzie travaille chez modiste nommé Mme Tozer . Et c'est là que sa vie va changé. Elle est grande et mince avec une chevelure rousse et luxuriante, et la peau pâle. Sa beauté est à l'opposé de ce qui est admis comme l'idéal de la beauté victorienne. Lizzie a 20 ans, et rencontre le peintre Walter Deverell qui tente de peindre une scène de la Nuit des Rois et, devant elle, il sait qu'il a trouvé le modèle qu'il cherchait, et il doit convaincre la mère de la jeune fille, pour qui «  être modèle »  s'apparente à la prostitution, mais elle sait également que cette tache devrait être -pour la santé fragile de sa fille- plus facile et mieux payée que son emploi chez Mme Tozer. 

Quand elle pose pour le célèbre «  Ophélia «  de John Everett Millais, habillée dans une baignoire chauffée par des lampes. Elle attrape une pneumonie et son père menace Millais, jusqu'à ce qu'il paye les honoraires du médecin.

470_87137.jpg
Grâce à Deverell, Lizzie fait la connaissance des autres artistes associés à la Confrérie préraphaélite, y compris Millais, et de celui qui allait devenir le centre de sa vie, Dante Gabriel Rossetti . 

Ce fut pour lui un choc et pendant dix ans elle hante littéralement ses toiles. La sœur de Rossetti, Christina, écrivit ce sonnet un soir de Noèl 1856, évoquant l’obsession de Dante Gabriel:
« Un visage ressort de toutes ses toiles,
Une figure identique est assise, marche ou se penche
Il se repaît des traits de son visage jour et nuit 
Non telle qu’elle est, mais telle qu’elle remplit ses rêves »

Durant tout ce temps, Rossetti respecte la chasteté et la réserve de Lizzie. 

Portrait de Elizabeth Siddal par Dante Gabriel Rossetti 186

Il établit, sans doute, un parallèle avec la relation entre son illustre homonyme, Dante, et Béatrice. Ainsi Elisabeth est la femme infiniment désirable mais inaccessible. 
Comme il n’en est pas moins homme, Rossetti a de nombreuses maîtresses ( notamment Fanny Cornforth, une prostituée dont il est tombé amoureux.)

Lizzie écrit de la poésie, souvent avec des thèmes sombres sur l'amour perdu ou de l'impossibilité de l'amour vrai. Rossetti diffère le mariage, car ils sont de classes très différentes, et le peintre craint la réaction de sa propre famille. Ils seront fiancés pendant dix ans et, plusieurs fois, Rossetti abandonne l'idée du mariage.

Le mariage a lieu le mercredi 23 mai 1860.

Rossetti n'est guère fidèle, ce qui accentue la mélancolie de Lizzie. L'année suivante, elle donne naissance à une petite fille morte-née.

Beata_Beatrix-2.jpg
Beata_Beatrix

La nuit du 10 février 1862 ils dînent au restaurant. Rossetti raccompagne Elizabeth chez eux pour ensuite rejoindre une maîtresse. Il revient à 23h30 et la retrouve inconsciente, ayant absorbée une dose de laudanum 10 fois supérieure à la normale. Elle décède le 11 février 1862 à 7h20, à l'âge de 32 ans. C'est probablement un suicide, mais la police conclue à une mort accidentelle pour éviter la honte. 

C'est après sa mort qu'il peint ses plus belles toiles, notamment Beata Beatrix, dans laquelle il idéalise, sous les traits de son épouse décédée, la Béatrice de Dante. Il retrouve également Jane Morris, muse des dix dernières années de la vie de Rossetti sans que le mari, William Morris ne songe trop a s'en plaindre.
Jane lui inspire ainsi une suite poétique qu’il décide de faire publier avec l’ensemble de son oeuvre poétique. Hélas, la majeure partie reposait à six pieds sous terre, suite à un fâcheux sentiment de culpabilité!...

Rossetti, de nuit, fait ouvrir la tombe de Lizzie, et retire ses poèmes. Son cadavre apparaît étonnamment bien préservé, en particulier sa chevelure qui a poussé... Après publication, L'édition des poèmes n'est pas un succès et cet acte de profanation hante Rossetti pour le reste de sa vie. 

Les dernières années sont sombres : ses passions de la littérature et de la peinture l'ont quitté, il devient sénile et se retire à Birchington-on-Sea où il vit, totalement reclus, souffrant d'un délire de persécution. Il s'éteint, seul, en 1882.

***

Commenter cet article