Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cosima Wagner -2/2

Publié le par Perceval

Cosima-Wagner-2.jpg bildnis-Richard_wagner.jpg

 

En 1868, Richard Wagner est installé à Tribschen, dans une somptueuse villa sur les bords du lac de Lucerne, avec Cosima. Il fait la connaissance de Nietzsche, admirateur lui aussi de Shopenhauer.

Friedrich-Nietzsche.-1864.jpg
Friedrich Nietzsche. 1864

Nietzsche devient un habitué des week-ends de fête donnés par Wagner habillé dans le style flamand, dans une ambiance de décors et de musique d’opéras.

 

23 mars 1871 : « Je range des papiers et lis de vieilles lettres de mon père, ce qui me montre encore une fois très clairement que je n’ai eu ni père ni mère – Richard est le seul qui m’ait aimé, et il représente tout pour moi » Journal de Cosima

 

Seul Wagner réussit la synthèse des éléments appoliniens et dyonisiaques à la manière de la tragédie grecque ". Et, Wagner voit en son jeune ami le fidèle interprète de son esthétique. Dans une lettre de juin 1872, il lui confesse : "A strictement parler, vous êtes, après ma femme, le seul gain que ma vie m'ait apporté." 

Nietzsche est tombé amoureux de Cosima, sans oser se déclarer... Puis, la guerre de 1870 éclate et Nietzsche s’enrôle dans le service de santé...

 

Cosima_Wagner_Lenbach-1879.jpg
Cosima Wagner -1879

 

D'abord insidieuse, la brouille éclate publiquement en 1878. Pour le philosophe, le Wagner de Bayreuth, lieu d'un culte rendu à lui-même, le Wagner nationaliste, ne sont plus supportables. « Depuis qu'il était en Allemagne, il s'abaissait progressivement à tout ce que je méprise - même à l'antisémitisme", écrit-il. Nietzsche ne reviendra pas sur les jugements les plus âpres, tel celui-ci : « Wagner [...] ? [...] Il rend malade tout ce qu'il touche. » C'est « en vérité un décadent désespéré tombé en pourriture ».

L'une de ses dernières lettres dévoile aussi le sentiment amoureux qu'il porte à Cosima, surnommée Ariane...


 

27 juillet 1880 : « Au café, nous parlons des vêtements, nous disant qu’ils sont laids et peu naturels ; R. voudrait porter un vêtement en forme de chemise et parle des lignes onduleuses du corps féminin complètement gâtées par la mode actuelle (…) Il  cite un mot de Feuerbach à propos du ventre : « Chez l’homme, c’est un lieu de restauration ; chez la femme, c’est le temple de l’amour » Journal de Cosima

 

Après le festival, il se rend à Venise avec sa famille pour y passer l'hiver. Le mardi 13 février 1883, Richard Wagner est emporté par une violente crise d'angine de poitrine.

Jeune veuve, elle abandonne d’emblée la rédaction de son précieux Journal… et devient la plus exigeante gardienne du Temple.

Cosima-Wagner-in-una-fotografia-del-1905.jpeg
Cosima Wagner, sur une photographie en 1905

Dans la seconde moitié de sa vie, devenue la veuve du compositeur : il lui reste 47 ans à vivre. Elle fonde un empire : pour le théâtre lyrique, pour le nationalisme allemand et pour sa lignée.Pendant presque un demi-siècle, elle va exclusivement se consacrer au culte de son défunt bien-aimé...

À l’apogée de sa puissance se produit la chute: à la veille de la Première Guerre mondiale, sa fille Isolde, épaulée par son époux Franz Beidler, intente un procès à Cosima. Isolde veut être reconnue comme la fille de son père biologique, Richard Wagner, et toucher sa part de l’héritage. Bülow l’ayant déclarée comme sa fille, elle est déboutée. C'est malgré tout un choc pour Cosima Wagner... Elle accule au mariage le fils héritier et légitime, Siegfried, homosexuel et toujours célibataire à 46 ans. Il épouse promptement la très jeune Winifried Williams, qui a 17 ans et qui lui donne quatre enfants dans la foulée. On n’a plus le droit de prononcer le nom d’Isolde en présence de Cosima.

La jeune épouse, anglaise de naissance, régnera après la mort de sa belle-mère et de son mari (disparus en 1930, à cinq mois d’intervalle) sur le sanctuaire de Bayreuth.

Cosima Wagner associe à sa famille des théoriciens racistes comme Chamberlain et Gobineau et s’entiche du jeune Hitler, qui … débarque à Bayreuth le 29 septembre 1923, salué par Houston Stewart Chamberlain, l’époux de sa fille Eva : « Le soir, entre 9h.30 et 10h.30, visite de Hitler, exaltante ! ». Après le putsch raté, ce dernier fait un bref séjour en prison pendant lequel Hitler rédige Mein Kampf, sur du papier obligeamment fourni par la famille Wagner.

Cosima Wagner, attentive grand-mère de ses quatre petits-enfants, meurt le 1er avril 1930 à l'âge de quatre-vingt-douze ans  

 

Commenter cet article