Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cosima Wagner -1/2

Publié le par Perceval

A l'exemple de Clara Schumann ou d'Alma Mahler, Cosima était destinée à une carrière de musicienne, mais son dévouement à Richard Wagner (1813-1883) fit avorter sa vocation. Cependant, on s'accorde à lui reconnaître - dans sa réinterprétation de la musique de Wagner - un accent personnel qui a marqué la musique de son mari …

Minna-Planer--1809-1866-.jpg Mathilde-Wesendonck--1828-1902--en-1850.jpg
Le 24 novembre 1836, Wagner a épousé l'actrice Minna Planer ( ici en 1835) . Le couple emménage alors à Königsberg puis à Rīga, où Wagner occupe le poste de directeur musical. Après quelques semaines, Minna le quitte, avec sa fille Nathalie qu'elle avait eue à l'âge de 15 ans, le 31 mai 1837 pour un autre homme qui la laisse bientôt sans le sou. Elle retourne alors auprès de Wagner, mais cela marque le début de la progressive décadence de leur mariage, qui se termine dans la souffrance trente ans plus tard. Parmi ses nombreuses aventures féminines : Mathilde Wesendonck, ici en 1850 ( poète et écrivain:1828-1902) a beaucoup inspiré Wagner... Elle est la femme du riche commerçant Otto von Wesendonck. Il rencontre le couple à Zurich en 1852. Otto, grand admirateur de Wagner, met à sa disposition en avril 1857 une petite maison de sa propriété, « l’Asile ». Au bout de quelques années, Wagner s'éprend de Mathilde qui partage ses sentiments...  


Son origine romanesque est inscrite dans son nom Cosima Liszt (1837-1930)... elle est le fruit de la liaison passionnée entre le célèbre pianiste et l'une des plus belles et fougueuses intellectuelles de son époque : la comtesse d'Agoult, qui délaisse son époux et sa fille pour suivre le compositeur...

Marie-Comtesse-d-Agoult.jpg Franz-liszt.jpg
Marie Comtesse d'Agoult (1805-1876) Franz Liszt (1811-1886)

Cosima naît en 1837, mais l'idylle ne s'éternise pas …

Liszt a une relation avec une princesse qui décide de « mettre la main » sur ses enfants - la Princesse de Sayn-Wittgenstein, longtemps compagne de Liszt, que Cosima ne pouvait pas souffrir... elle préfère vivre avec sa grand-mère à Paris.

Cosima tombe ensuite sous la tutelle de la baronne von Bülow, dont le fils, Hans, célèbre chef d'orchestre et élève de son père, voue à Wagner une admiration sans bornes...

cosima_kl--1-.jpgCosima est surnommée » la cigogne », tant elle est longue et mince. Elle a une superbe chevelure, des yeux clairs, et l'étude la musique fait partie de son éducation raffinée...

Elle est adolescente lorsqu’elle fait la connaissance d'un ami de son père qui l’impressionne. Elle a à peine quinze ans, et Richard Wagner, quarante.

A dix-neuf ans, elle se marie avec Hans. Lui ébloui par le génie de Wagner, le suit partout, entraînant sa jeune femme...

Homme à femmes, Wagner n'a toujours pas porté ses regards sur elle, alors qu'il a un faible pour les femmes mariées... Puis, Tombe t-il amoureux d'elle ou de l'admiration qu'il lit dans ses yeux... ? 

Ils deviennent amants. Elle a deux filles, Daniela et Blandine, sans se séparer de Bülow, elle cohabite avec Wagner dans une liberté de mœurs qui fait scandale...

En 1857, elle épouse un des élèves les plus doués de son père, le pianiste et grand chef d'orchestre Hans von Bülow, mais leur mariage n'est pas heureux ; et il ne fait pas le poids face au génie du compositeur de Lohengrin, et en était le premier conscient. Cosima met au monde deux enfants - Isolde et Eva - de son amant, alors qu’elle est toujours mariée à Bülow.

Cosima-y-Richard-Wagner-1872.jpg
Cosima et Richard-Wagner - 1872 -

Leur amour ne naît pas d’un coup de foudre mais d’un mûrissement passionnel. C’est le regard clair de cette beauté qu’incarne Cosima qui plane sur Tristan et Iseut et bien d’autres portées de Wagner.

Cosima, qui se sépare de von Bülow en 1867, et avant qu'ils ne puissent se marier le 25 août 1870, donne à Richard un fils : le petit dernier, Siegfried (1869-1930) qui tentera avec un certain culot de s’illustrer dans la composition et la direction d’orchestre...

Cosima se donne corps et âme, elle ne craint pas l'épreuve., et il lui faut de la force et de la patience pour endurer les revers de fortune, les insuccès et les frustrations du compositeur. Mais sa constance est payante... Elle assiste aux triomphes de son époux, depuis son adoubement comme artiste absolu par l’illuminé Louis II de Bavière – qui lui apporte en outre une confortable manne financière – jusqu’à la pose de la première pierre du festpielhaus de Bayreuth.

A suivre...

Commenter cet article