Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Analyse de l'idée de la Femme, dans Perceval -6/6-

Publié le par Perceval

J C Leyendecker
J C Leyendecker

On voit Gauvain exprimer ce désir au moment où il rencontre Clarissant au château des reines. La présentation de Clarissant ressemble beaucoup au portrait de Blanchefleur.

 

...ses cheveux aussi dorés

que l'or ou même davantage.

Elle avait la face blanche et, dessus,

Nature l'avait enluminée

d'une couleur vermeille et pure. (v. 7820- 7824).

La représentation de Clarissant est un ensemble d'éléments choisis par l’auteur qui interprète le désir du voyeur masculin, Gauvain. Son désir d'abord inconsciemment incestueux, car Clarissant est sa soeur sans qu’il le sache, est le désir d’une femme qui n'a pas de sexe désirant. Puisque la beauté de Clarissant est associée à la lumière divine, une lumière trouvée dans les portraits de la Madone et des saintes, la demoiselle devient cet être inaccessible qui n'existe qu'à travers le désir du chevalier; celui-ci tombe amoureux d'un portrait et non pas d'une femme de chair et d'os. La lumière sert aussi à porter l’oeil de l’observateur sur la surface plutôt que sur l’objet même de son angoisse. Tel est le cas de Guiromelant, le chevalier qui tombe amoureux de Clarissant sans jamais l'avoir vue.

a knight and his lady 11
 

Mais la femme comme représentation de la divinité peut -être souvent la mère du chevalier. Celle qui selon le modèle de la Vierge Marie est la représentation de la pureté et de la chasteté. Voyons d'abord la présentation de la mère du roi Arthur, père symbolique de tous les chevaliers.

 

Mais il avait tout lieu de le pressentir,
Qui en voyant les tresses blanches
qui lui tombaient jusque sur les hanches.
Elle était vêtue d'une robe de brocart
blanche, brochée de fleurs d'orfinement dessinées.


Comme Clarissant et toutes les autres femmes idéalisées dans le texte, la mère du roi Arthur est le symbole de la pureté représentée par le blanc de ses cheveux et de sa robe. Le fait qu'elle vit plongée dans une monde féminin renforce aussi sa pureté. Elle ne représente pas une menace pour Gauvain, parce qu’en représentant l'image divine de la mère symbolique de tous les chevaliers, elle représente aussi la mère qu'il n'a jamais connue et qui se trouve dans le même château.

John Everett Millais - Le Chevalier Errant (1870)
John Everett Millais - Le Chevalier Errant (1870)

Mais les femmes au château des reines ne représentent pas seulement la femme icône, elles représentent aussi un désir refoulé chez le chevalier. À travers ses aventures chevaleresques, Gauvain n'a jamais eu l'occasion de satisfaire son désir sexuel. D'abord quand il est avec la soeur d'Ivonet il est interrompu, et après, quand il est avec Clarissant, il ne peut pas combler son désir incestueux, le tabou par excellence. En plus, en apprenant qu'il doit rester prisonnier dans le château des reines, il veut en sortir. Vivre dans un monde féminin, c'est perdre son identité comme sujet masculin. Gauvain n'a pas encore trouvé la Lance-qui-saigne et il faut qu'il la trouve. Il faut aussi qu'il fasse preuve de sa virilité chaque fois qu'on menace son honneur chevaleresque. C'est ce désir d'être un homme viril qui l'aide à franchir le Gué Périlleux et à accepter le défi que lui propose Guiromelant.

Finalement, on voit que la femme n’a d’importance dans le texte que par rapport au désir masculin. Elle y existe comme adjuvant, celle qui aide le héros à réussir les aventures chevaleresques. Elle est femme médiatrice, celle qui informe le chevalier de tous les événements pour qu'il puisse agir correctement dans chaque épreuve de virilité qui se présente à lui.

Tacuinum Sanitatis, ca. 1400 Mandrake
Tacuinum Sanitatis, ca. 1400 Mandrake

Puisque, selon l'homme médiéval, la femme est naturellement un être inférieur, elle devient objectivée devant le regard masculin. D'une part, elle est idéalisée pour qu'ainsi le chevalier puisse éloigner de lui l'angoisse de la castration que la femme en tant qu’être manquant représente pour l’homme. D'autre part, elle est comparée à des animaux maléfiques, ce qui reflète la façon négative dont l'homme la perçoit. Quelle que soit la situation, la femme est toujours pour le chevalier un corps morcélé construit à partir des éléments de la nature selon le désir masculin. En n'ayant ni un corps réel, ni un désir sexuel, la femme n'est pas un sujet dans le texte. Sa présence textuelle s'efface complètement avec l'émergence du sujet masculin qui, étant le porteur du symbole du pouvoir, devient enfin le héros du roman.

 

Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes montre alors qu’à la fin du XIIe siècle le statut de la femme n’est pas trop élevé dans le roman médiéval, car elle reste désormais à l’ombre du héros chevaleresque qui s’en sert pour atteindre son désir.

 

Sources : Le désir masculin et l’absence du corps féminin dans Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes par Eugénia M. Neves dos Santos : Ph.D. Candidate Department of French The University of Western Ontario ; esantos@uwo.ca

 

Commenter cet article