Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Analyse de l'idée de la Femme, dans Perceval -1/6-

Publié le par Perceval

Voici, une synthèse d'un travail « féministe » sur la représentation de la Femme, dans « le Conte du Graal » de Chrétien de Troyes. Ce travail a été pensé et écrit par Eugénia M. Neves dos Santos du Department of French - University of Western Ontario.Danse_de_femmes_Sienne.jpg

Cette analyse m'a fortement interpellée. En effet, je retrouve la critique souvent formulée de la vision 'idéalisée' de La femme par l'homme, et son rêve de « féminité », qu'il projette sur des images artistiques de la femme...

 

Dans le Conte du Graal, Perceval et Gauvain - chevaliers en quête - construisent leur identité au travers la rencontre de femmes.

- Perceval, orphelin de père, est un jeune homme naïf qui habite seul avec sa mère dans la forêt. Il ne connaît rien du monde de la chevalerie et moins encore de l’amour. N’ayant pas de rôle masculin à suivre au foyer maternel, il doit partir à la recherche de quelqu’un qui puisse remplir cette fonction dans sa vie, quelqu’un qui puisse finalement lui enseigner les secrets du code chevaleresque.

- Gauvain, lui, est déjà un chevalier établit à la cour du roi Arthur. Cependant, il doit partir pour prouver à la cour qu’il est digne de l’honneur et de la courtoisie qu’on associe avec son nom.

 

- Perceval -

      Quand Perceval rencontre la demoiselle de la tente ( c'est «  sa première fois » ), il retrouve ce désir originel incontrôlable : celui de l'enfant qui veut manger ou boire, et c'est la mère qui, en lui donnant le sein, satisfait tout de suite son désir. La femme représente l'être manquant, le jeune novice obéit à son instinct, il prend des baisers par la force et lui arrache son anneau qu'elle porte au doigt. L'anneau de la demoiselle symbolise son union avec l'Orgueilleux de la Lande et le pouvoir qu'il a sur elle.

Perceval-arrache-l-anneau.jpg
Perceval arrache l'anneau ..

Le crime de Perceval n'est pas d’enlever l'anneau en 'violant' la demoiselle, mais de lancer un défi à un autre homme en touchant à sa 'propriété'. Cet épisode montre bien la place de la femme à-vis de l'homme à l'époque médiévale. La femme n'existe que pour satisfaire les désirs de l'homme qui est son maître et son seigneur...

Selon la Coutume de Logres qui est très bien illustrée dans Le Chevalier de la charrette de Chrétien de Troyes, le chevalier qui rencontre une demoiselle toute seule, n'a pas le droit de lui faire violence. Cependant, si elle est accompagnée, il peut se battre contre son compagnon pour essayer d'avoir sa femme. Si le chevalier sort vainqueur du combat, il a le droit d'amener la demoiselle avec lui et de faire avec elle ce qu'il lui plaît (v.1302-1316)

La demoiselle - à qui Perceval vole un baiser – sera punie par 'son ami' jusqu'à ce qu'il rencontre l'homme qui lui a enlevé son orgueil masculin ( en violant son amie) .

Quand Perceval sort vainqueur du combat contre l'Orgueilleux de la Lande, c'est son honneur chevaleresque qui augmente et non pas celui de la demoiselle qui avait été maltraitée pendant des années à cause de lui.

Si, la demoiselle de la tente symbolise le désir sexuel incontrôlable chez Perceval... Que représente pour lui Blanchefleur, qui semble être la seule femme qu'il désire vraiment.

 

Perceval, ne désire vraiment qu'une femme : Blanchefleur.

A suivre ...

Commenter cet article