Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alma Mahler (1879-1964) et Oskar Kokoschka (1886-1980) -2-

Publié le par Perceval

En 1912, Alma rencontre le jeune peintre Oskar Kokoschka, qui est connu comme l'enfant terrible de la scène artistique viennoise. kokoschka_1909.jpgDès le premier regard, il se sent « envoûté »... Cette brève rencontre incite Oskar à faire une première demande en mariage à Alma deux jours plus tard.

alma_1909.jpgLa conquérante Alma, semble être, elle aussi, séduite par la stature puissante et bourrue de Kokoschka qui tranche avec la grâce délicate de Mahler...

« les trois années passées avec lui furent une véritable bataille de l'amour. Je n'avais jamais connu auparavant autant l'enfer que le paradis. » Alma Mahler

 


Kokoschka--La-fiancee-du-vent--1914.jpg

En 1913 ; ils voyagent ensemble en Italie... Il peint la toile Die Windsbraut (La Fiancée du vent)


De cette intense relation sexuelle – et artistique : Kokoschka peindra de nombreux tableaux. Une de ces peintures montre la maîtresse en pyjama rouge et le peintre qui lui tend la main, prêt à se fiancer avec elle. C’est justement ce tableau que voit par hasard Walter Gropius lors d’une exposition à Berlin : il ignorait jusque-là tout de leur liaison.

 La passion de Kokoschka, mâtinée de jalousie, s’intensifie de plus en plus, il désire Alma plus que tout... En 1914, elle note dans son journal : « Jamais plus je ne serai l’esclave d’un homme car je ne me soucierai à l’avenir que de mon bien-être et de la réalisation de mes projets. »

Dans une volte-face complète, elle se rapproche à nouveau de Gropius - et l’épouse le 18 août 1915.

Double-portrait--oscar-Kokoschka-et-Alma-Malher-1912-1913.jpg Oskar-Kokoschka-3.jpg

En 1915, après cette séparation définitive il s'engage comme volontaire dans le 15e régiment des dragons autrichiens. Sur le front ukrainien, Kokoschka est grièvement blessé par une balle en pleine tête et un coup de baïonnette dans la poitrine. En 1918, Kokoschka fait réaliser "une poupée grandeur nature à l'image de son amour perdu". il promène dans les rues de Dresde sa grotesque poupée, il l'amène dans sa loge à l'Opéra, la représente dans ses tableaux et régulièrement prend le thé avec elle.

Gropius est soldat à l’époque, comme Kokoschka, et il obtient une permission pour le mariage. Leur fille vient au monde peu après, la très gracieuse Manon, qui mourra d’une poliomyélite à dix-neuf ans. Mais si Alma a décidé de « rendre cet homme [Walter Gropius] heureux », la flamme qui brûlait jadis entre eux est en train de s’éteindre...

 

Oskar Kokoschka 2

Selon Sigrid Löffler (1989): "Alma Mahler avait la réputation de la femme fatale viennoise de la fin du siècle qui, dans son lit et son salon, collectionne les célébrités comme d'autres les timbres-poste […] Sur son seuil, se tenait toujours à ses pieds quelque artiste de renommée mondiale, éperdu d'amour pour la puissante maîtresse."

 Françoise Giroud juge sévèrement la femme de Mahler dans son livre Alma Mahler ou l'Art d'être aimée (1988): " Elle est avare d'elle-même, cette jeune femme qui parle sans cesse de "donner" […] Fondamentalement, elle ne veut pas donner. Elle veut recevoir amour et gloire, gloire et amour comme le tribut que le monde lui doit. […] Un demi-siècle plus tard, on dira, on écrira, on répétera qu'Alma a tué Mahler. Qu'elle l'a placé dans une posture psychique telle que la maladie l'a trouvé vulnérable, privé de résistance. La thèse paraît audacieuse […] Mais s'il est vrai qu'on peut mourir d'amour, alors, oui, il en est mort […] Elle n'a jamais aimé, ce qui s'appelle aimer, ses enfants […]" 

 

Commenter cet article

sirene 11/10/2012 21:53

Beau partage bonne soirée a toi bisous evy