Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 novembre 1874 : Naissance de Lucie Delarue-Mardrus -2/2-

Publié le par Perceval

Lucie-Delarue-Mardrus--nee-a-Honfleur-le-3-novembre-1874-.jpg
Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945 )

On dit que Lucie voulait épouser Philippe Pétain... ! Ses parents n'ont pas voulu... Reconnaissons qu'elle eut une meilleure idée, en 1900 de se marier avec Jean-Charles Mardrus un orientaliste célèbre qui traduit les Mille et une nuits et qui l'appelle "Princesse amande" ( et, ce n'est pas du fait de ses yeux ...)

C'est grâce à lui, qu'elle devient aussi célèbre que Colette. Beaucoup de romans de Lucie paraissent sous la forme de feuilleton dans des revues avant d'être publiés sous forme de livres, et - dans les deux premières décennies du 20e siècle - elle jouit d'une grande popularité.

Lucie-Delarue-Mardrus-5.jpg
 


Femme excentrique, elle assume ses désirs lesbiens. Au moment de son mariage Lucie avait déjà eu l'expérience de cet attachement passionné qu'elle a pour les femmes, en particulier avec Impéria Heredia (  Luisa Despaigne - la femme du poète José-Maria de Heredia) qu'elle aime depuis trois ans.

Son mari introduit Lucie dans la société littéraire français et elle y rencontre d'autres écrivaines lesbiennes tels que Renée Vivien, qui admire la poésie de Lucie, et Natalie Barney, de qui elle tombe passionnément amoureuse. Mais, cette passion n'est pas partagée. Elle marque donc une nette préférence pour les femmes et multiplie les conquêtes de ces amazones hardies qui défient les préjugés bourgeois et affichent leur sexualité.

Entre 1902 et 1905, Lucie Delarue écrit des poèmes qui retracent sa liaison avec Natalie Clifford Barney. Cette dernière les fera éditer en 1951 aux éditions Les Isles dans un recueil intitulé 'Nos secrètes amours'.

Lucie-Delarue-Mardrus-photo-dans-la-Pavillon-de-la-Reine.jpegLucie Delarue Mardrus,

photo dans la Pavillon de la Reine

Lucie-Delarue-Mardrus-4.JPG
natalie-clifford-barney-copie-1.jpg
Natalie Clifford Barney

Joseph-Charles-Mardrus.gif

Joseph-Charles Mardrus


En 1914, Mardrus est mobilisé  comme Médecin, Lucie reste à Honfleur.

Après quinze années de mariage, elle divorce de son mari. Lui a rencontré une jeune brodeuse, Gabrielle Bralant, elle a 16 ans, lui 45... Lucie, elle, ne quitte plus Suzy, la femme du mondain docteur Doyen : cette relation suscite de nombreux commérages … Ensuite, elle a une longue liaison avec Valentine Ovize (Chattie), qu'elle emmène partout avec elle, au gré de ses conférences (1917 et 1920). Obsédée par la mort, Lucie écrit l'un de ses meilleurs romans « L'Ex-voto »...

Lucie-Delarue-Mardrus-1906.jpg Lucie-Delarue-Mardrus-2.jpeg
   

A cette époque elle emménage au 17 bis quai Voltaire à Paris, où elle vit de 1915 à 1936. Elle passera les trois dernières années de sa vie à Château-Gontier où elle se retire en 1942.

Lucien-Levy-Dhurmer----Lucie-Delarue-Mardrus.jpg

de Lucien Lévy-Dhurmer -  

Lucie Delarue-Mardrus

Elle est prise de passion pour une violoniste américaine et devient l'amante de la chanteuse juive d'opéra Germaine de Castro qu'elle rencontre en 1932, alors qu'elle a 58 ans. Durant les années 1930 elles sont l'objet de persécutions antisémites...

Paradoxalement, elle éprouve également une passion pour … Ste Thérése de Lisieux . !

Dans son œuvre abondante, le meilleur peut côtoyer le pire. Il semblerait qu'après avoir écrit "pour le plaisir" elle doit le faire – après sa séparation - pour subvenir à ses besoins. Une oeuvre sans contenu essentiel et qui révèle une nature ardente, parfois mutine, une adhésion réelle et profonde avec la vie dans sa sensualité première. Aujourd'hui, sa prose peut paraître sans relief et perdre beaucoup de son attrait.

Livres-Lucie-Delarue-M.jpg

 

 

 

 

Faisant de longues balades sur Alfreda ,sa jument , puis écrivant et tisonnant le soir venu au coin de l’âtre, la Poétesse vit ses dernières années seule ,oubliée ! Elle meurt le 26 avril 1945 à 70 ans . Jean-Charles Mardrus meurt en 1949.

En France, elle est surtout connue pour son poème : "L'odeur de mon pays était dans une pomme», que l'on apprend à l'école... Ses écrits expriment son amour des voyages et de sa Normandie. « L'Ex-voto  (1932), par exemple, décrit la vie et le milieu des pêcheurs de Honfleur en ce début du vingtième siècle.

 

L'Odeur de mon pays...

Lucie-Delarue-Mardrus-6.jpg
 

L'odeur de mon pays était dans une pomme.
Je l'ai mordue avec les yeux fermés du somme,
Pour me croire debout dans un herbage vert.
L'herbe haute sentait le soleil et la mer,
L'ombre des peupliers y allongeaient des raies,
Et j'entendais le bruit des oiseaux, plein les haies, 
Se mêler au retour des vagues de midi...

Combien de fois, ainsi, l'automne rousse et verte
Me vit-elle, au milieu du soleil et, debout,
Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie
De tes prés, copieuse et forte Normandie ?...
Ah! je ne guérirai jamais de mon pays!
N'est-il pas la douceur des feuillages cueillis
Dans la fraîcheur, la paix et toute l'innocence?

Et qui donc a jamais guéri de son enfance ?...

Lucie DELARUE-MARDRUS, Ferveur (1902

Commenter cet article