Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1913: L'année du Tango -3-

Publié le par Perceval

Tango-1913.jpg

La fin de l'année 1913 et le début de 1914 consacrent définitivement le Tango. Le journal " Mercure de France ", dans son numéro du mois de Février, résume en ces mots la situation de la France :tango-1913-tangoville.jpg

«  En état de crise latente, avec son inquiétude universelle, sa soif de plaisir, l'étalage du 'luxe, une fièvre qui brûle tout, et, de ci de là, quelques appels platoniques à la morale, à la religion, poussés par de petits jeunes gens ou de vieux messieurs élevés par les pères jésuites, cette époque répète assez ce que fut le temps du Directoire. Les belles campagnes de la première République sont remplacées par les merveilleux progrès des inventions. Les jeunes capitaines vainqueurs sont nos pilotes d'avions. La Révolution était morte avec le bel et pur Saint-Just et le grand Robespierre. Nous sommes en réaction sur le généreux mouvement d'émancipation civile et intellectuelle qui suivit l'affaire Dreyfus.

Van-Dongen---Le-tango--1913-.jpg
Van Dongen - Le tango (1913)

En attendant qu'il sorte socialement quelque chose de l'effervescence actuelle que nous communiquons à l'Europe, nous avons le tango ! Les âmes se trémoussent autant que les derrières, dans cette fureur de danse, et nous écrivons les âmes, avec le sentiment du vague que le mot implique. Voilà deux ou trois ans, le pas du dindon ou celui du Grizzly Bear, importés du nord américain après le cake walk, cette grimace de nègres, préoccupaient la jeunesse. Aujourd'hui, de douze à soixante ans, les enfants des deux sexes et de toutes conditions dansent le tango. Il y a des membres des grands corps de l’État, des poétesses et jusqu'à des aïeules qui n'ont jamais rien fait ! "



Le tango argentin, est la danse-vedette de tous les salons mondains. Les five o’clocks classiques lui ont même cédé le pas, et c’est maintenant le thé-tango qui fait fureur. Il fallait enfin remplacer l’archaïque valse, la charmante valse qui rappelle l’aimable temps des crinolines et des bonnes diligences d’autrefois. Il fallait une danse originale, inédite, s’adaptant à l’esthétique nouvelle des danses mondaines, et le tango est arrivé du fond de l’Amérique ! On lui a fait le plus enthousiaste accueil, et voici que tout le monde « tangue » !

- Sources: http://www.tango-argentin-orleans.fr/ , et http://www.histoire-tango.fr

Commenter cet article