Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1913: L'année du Tango -2-

Publié le par Perceval

Folie-20du-20jour.jpg

En 1913, la folie du tango bat son plein; et les certains font déjà de curieux rapprochements... en comparant cette folie du luxe et de débauche aux déclins qui précèdent les grands cataclysmes … !tango-201.jpg

Attention ! Voici le portait alarmant du « tangomane » publié dans « Fémina » en 1913 :

" Le « tangomane » a ceci de particulier et de redoutable (…), c’est qu’il se présente comme vous ou moi, qu’il n’a l’air de rien, ou qu’il a l’air de penser à autre chose – et qu’en réalité il ne pense qu’à ça… (…)  Il est évident que, dans ces conditions, il ne s’agit plus avec le tango d’un divertissement passager et de quelques instants ; c’est toute la vie du danseur de tango vouée dorénavant au tango, son corps et son esprit entièrement accaparés par le tango, par delà même le jour où l’on ne dansera plus le tango. ( …) Jeune homme inconséquent, jeune femme imprudente, songez qu’à partir du moment où vous aurez fait les six pas marchés par quoi la théorie nous enseigne que le tango commence, à partir de ce moment, votre esprit n’aura plus qu’une pensée, danser le tango, et les différentes évolutions du tango s’imposeront à vos membres assouplis comme autant de mouvements réflexes …». Franc-Nohain-1913

Femina-201913-02-01-20Danses-20nouvelles-20tango-20p.jpg Femina-20259-2-P.jpg Femina-1913-02-15-Thes-dansants-tango.jpg

Femina - 1913 

Georges Goursat dit Sem  (1863-1934) écrit ceci :

Femina-201912-20danse-20ours-20p.jpgSur l’ampleur du phénomène : « Cette névrose a fait de terribles progrès. Par une marche foudroyante, elle s’est répandue sur tout Paris, a envahi les salons, les théâtres, les bars, les cabarets de nuit, les grands hôtels et les guinguettes. La ville entière est en branle, elle a le tango dans la peau, la moitié de Paris frotte l’autre. »

Sur l’érotisme du tango : « Ces gens attentifs, qui se frottent, qui se pétrissent mutuellement avec tant d’application opiniâtre et méthodique, pratiquent-ils du massage abdominal? Est-ce un traitement? De la culture physique? N’est-ce pas plutôt un moyen de volupté? Est-ce un sport ou un vice? Sont-ce des névrosés, des exhibitionnistes ou des maniaques? Double-20Boston-20p.jpgDevant ces contorsions mystérieuses et lascives, on se sent mal à l’aise, avec une envie nerveuse de rire, comme si le geste de l’amour était brusquement dévoilé en public. »

Sur la transformation ‘magique’ du tango, une danse qui arrive des bouges de Buenos-Aires : « Le tango de Paris, voyez-vous, c’est la peau de bête puante arrivant du fond de la Sibérie, souilllée et infectée de miasmes, se transformant aux mains magiques des fourreurs, jusqu’à devenir la précieuse zibeline, caresse tiède et parfumée aux épaules fragiles des parisiennes; c’est le havane noir et juteux métamorphosé en une mince cigarette blonde et dorée; le tango de Paris, c’est le tango argentin dénicotinisé.  » Sem, « Les possédés ».

Sources: http://www.tango-argentin-orleans.fr/ , et http://www.histoire-tango.fr

Commenter cet article