Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Dame et le Graal. -1/3-

Publié le par Perceval

Sweet_Chevaleresse_by_agevelez-copie-1.jpg
Adrian Velez: Chevaleresse

Je prends la précaution, d'écrire que je ne suis pas dupe de l'image que je donne ici de la femme. Il ne s'agit pas de décrire la réalité de la femme au Moyen-âge ; encore moins de figer la personne féminine d'aujourd'hui dans un rôle, dans un statut que je rêverais lui voir incarner... ! Je parle, mythe. Je cherche dans le patrimoine culturel, littéraire, une représentation de la femme symbolique... De même que le chevalier dans le mythe arthurien, est une représentation de la masculinité symbolique.


 C’est le mythe qui permet la fascination de l'homme pour la femme, et c'est grâce au mythe que demeure l’éternel féminin. C'est ainsi que la femme mythique devient une source d’inspiration intarissable, elle devient muse, égérie... Je ne sais, si la création féminine est ainsi liée à l'homme … ?

 Le Graal, s'il est relié à la chevalerie, semble être une affaire d'homme. Pourtant, en creux, si j'ose dire... Le Graal est féminin. Féminin, en ce qu'il est l'objet d'une quête masculine...

chevalier_et_sa_dame--1-.jpg Cette quête, si elle apparaît au XIe, XIIe s., c'est qu'elle correspond à une à une spiritualité qui n'est pas seulement rattachée au christianisme. Sinon, comment expliquer son absence jusque là ?

Le culte de la Dame se rattache à la chevalerie, il est sans doute resté fantasme, l'époque, l’Église ne permettant pas cette révolution des valeurs …

Imaginons, avec les poètes, hommes et femmes des « cours d'amour », ce qu'il en serait :

* Le fait de se vouer à une Dame, de lui consacrer inconditionnellement sa fidélité, est l'un des thèmes récurrents des cours chevaleresques. À la Dame on laisse juger de la valeur et de l'honneur des chevaliers et, selon la théologie des châteaux, il n'est pas douteux que le chevalier mort pour sa Dame participe au même destin d'immortalité bienheureuse assuré au Croisé mort pour la libération du Temple.

* Selon le rite d'adoubement, la Dame du récipiendaire se doit de déshabiller le futur chevalier pour le conduire au bain afin qu'il puisse se purifier et revêtir ensuite - comme les néophytes des mystères païens - les vêtements immaculés de la Veillée d'armes et recevoir, enfin, l'investiture chevaleresque. Ces héros d'aventures – aventures souvent amoureuses - dans lesquelles figure la Dame ( Tristan , Lancelot, Gauvain...), sont aussi des chevaliers du roi Arthur en quête du Graal.

1630-2lovers-reza-abbasi.jpg

-ir-Afzal-Tuni--Dame-alanguie-observant-son-chien-laper-du.jpg

Safavid-period--ca-1630--Isfahan.jpg

       Reza Abbasi 16e s.  Safavid period, ca 1630, Isfahan


Ne pourrait-on pas dire : La Dame à laquelle on jure une fidélité inconditionnelle, et à qui on se voue en se croisant, la Dame qui conduit à la purification (que le chevalier considère comme sa récompense et qui le rend immortel quand il meurt pour elle), n'est-elle pas au fond l'équivalent du Graal lui-même ?

      A suivre .....

Voir les commentaires

Le peintre, le modèle, et ... 2/2

Publié le par Perceval

Les tableaux censés nous dévoiler ce qui se passe dans un atelier, sont assez nombreux...

Courbet l'atelier du peintre

L’Atelier du peintre (1855) de Courbet est particulier, en ce qu'il mêle chronique sociale et intimité ( ce qui semble peu réaliste …). S’y côtoient personnalités, amis et mécènes de l’artiste... La nudité du modèle, non regardée, non représentée dans le tableau, semble décalée … Pourtant, c'est bien sur ce corps nu qu'est attiré notre regard !

L'atelier du Baron Antoine Jean Gros par Auguste Antoine M

Dans l'atelier d'Auguste Massé, chacun semble à sa place, et le spectateur ne se ressent pas comme voyeur.

*****

2Atelier Gerome 2
L'atelier du peintre Gerôme

 

Pourquoi le peintre peint-il un nu ? Pourquoi le spectateur contemple t-il un nu ? La représentation du nu, sans doute, apporte la réponse.


Spectateur : est-ce que je vois, ce que voit l'artiste ? Certainement pas, d'autant que je n'ai pas (souvent) vu le modèle. Je ne vois que l'oeuvre.

 

 

 

*****

Pygmalion_and_Galatea_-de-Gerome.jpg jean_leon_gerome-Pygmalion_and_galatea.jpg
Pygmalion et Galatée ( de face) de Jean-Léon Gérôme, vers 1890 Pygmalion et Galatée, toile peinte à la fin de sa vie

 

Gerôme Pygmalion et Galatée Gerôme Pygmalion et Galatée La fin de séance (1886)
Gérôme arrive tardivement à la sculpture, à 54 ans. Il se peint en train de sculpter... fasciné par le thème de Pygmalion Gerôme -  Pygmalion et Galatée,  La fin de séance (1886)


A ce propos, est intéressant, la représentation du «  Pygmalion et Galatée », on y retrouve le tableau d'atelier. Reconnaissons, que dans « la fin de séance » le sujet - n'est plus la parfaite reproduction, - mais le mouvement sensuel, que souligne la direction du regard du peintre...

Atelier Gerome 3 Atelier Gerome 4
   

Voir les commentaires

Le peintre, le modèle, et ... 1/2

Publié le par Perceval

Il ne faut pas longtemps, pour chercher, derrière le peintre, le modèle et donc la Femme.

Voir, observer, pour représenter et montrer. Le comble de tout cela étant, le nu. Le spectateur-voyeur est alors entraîné dans la spirale du désir, ou de la frustration, du rejet …

Nous n'avons toujours qu'une vision limitée des choses, et la photo, après la peinture n'a fait que le confirmer.

Bronzino allegorie triomphe venus moyen
de Bronzino, Allégorie Le triomphe de Vénus (1545)


Bronzino allegorie triomphe venus détail 1Il semblerait que la mythologie, ou la religion ( Eve, Marie-Madeleine ..), ont été prétexte à représenter des corps et des ébats, tel ce « Vénus et Cupidon » ( 1545) de Bronzino. La présence de 'voyeurs' dans ce tableau nous questionne directement.

 


Si derrière l'artiste, il y a la femme, la troisième personne – même si elle n'est pas directement représentée ou symbolisée, c'est moi, c'est le spectateur. Cette personne peut être dominante, comme ici Alexandre le grand, un mécène ( qui tient à représenter une certaine femme ….)... L’ambiguïté, se glisse également sur la relation que prête Alexandre en laissant au peintre Apelle, sa maîtresse, qui devient son modèle : connivence entre le modèle, le mécène, le peintre et le spectateur … !

Alexander & Campaspe, painted by Apelles Giovanni Battista
 

 

*****

Ici, le type de relation entre le peintre Raphaël et son modèle est appuyé par Ingres (1813). De plus, le modèle ( ici la Fornarina) nous regarde et nous prend à témoin.

Ingres_Raphael_et_la_Fornarina_detail.jpg
de Ingres, Raphael_et_la_Fornarina 1814

 

*****

mottez victor zeuxis choisissant un modèle pour hélène

Dans ce tableau de Victor Mottez, Zeuxis choisissant un modèle pour Hélène (1858), nous avons du mal à situer les acteurs, et donc, pour nous-mêmes trouver notre place.

Le détail montre à droite dans le coin, Zeuxis, et à gauche, le voyeur qui soulève le rideau. Le modèle observé lui, nous est habilement suggéré, tandis que les autres sont indifférents ...

mottez victor zeuxis choisissant un modèle pour -copie-1

A suivre: ...

Voir les commentaires

Image de la femme, par Dorothée Golz

Publié le par Perceval

Dorothee-Golz-00.jpg
Dorothée Golz

Cette artiste, basée à Vienne, pratique la peinture numérique et se réapproprie des portraits classiques. Des visages « anciens », sur des corps modernes … plus exactement, des œuvres hybrides, qui mélangent aussi les structures sociales, les rôles de la renaissance et contemporains ; deux perceptions qui se confrontent …

Photo ou peinture … ? Est-ce que « la fille à la perle » de Vermeer, ne se prend t-elle pas pour une photo ? ( cela a t-il un sens de dire cela ..?)

En observant ces images, peut-on dire que certaines postures, appartiennent au passé, et ne rencontrent plus la femme d'aujourd'hui... ? Y a t-il une conception moderne de la beauté ?

Dorothee-Golz-2.jpg Dorothee-Golz-prada_maedchen_m.jpg
Dorothee-Golz-5.jpg Dorothee-Golz-la_belle_ferronniere_s.jpg

Aujourd'hui, la différerence essentielle ne tient-elle pas que nous avons une possibilité beaucoup plus importante de « vies de femme » qu'il y a 500 ans … ?

En quoi, ces portraits sont-ils surréalistes ? En quoi représente t-il «  la femme » ?

Dorothee-Golz-maria_mit_rb_haaren.jpg Dorothee-Golz-gross_bild_cecilia.jpg
Dorothee-Golz-weisse_madonna_gr.jpg Dorothee-Golz-Anne-de-Cleves-2007.jpg

Dorothee-Golz-2010.jpg*****

Dorothee-Golz-4.jpg Dorothee-Golz-7.jpg


Voir les commentaires

<< < 1 2