Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie de Palace à Aix les Bains – 2/.-

Publié le par Perceval

La vie de Palace à Aix les Bains – 2/.-

Le rattachement de la Savoie à la France, la nouvelle ampleur donnée à l’établissement de bains, l’arrivée du chemin de fer à Aix et la construction d’une gare à proximité du centre ville, donnent une impulsion décisive au développement de la ville. Une véritable fièvre constructive s’empare alors de la station, se traduisant par l’aménagement de nouveaux équipements et l’érection d’hôtels, de palaces et de villas rivalisant d’ostentation et de luxe.

Dans le hall du '' Grand Hôtel '', un groom s’active derrière une jolie femme en crinoline et le concierge derrière son comptoir s’affaire à réserver une table au casino pour ses clients fortunés.

Les nouveaux arrivants montent dans l’ascenseur,  pour découvrir leur chambre disposée autour de l’atrium sous une sublime verrière. Des habitués, entrent et sortent, ou déambulent le long des coursives..

 

Alors que les pensions et les hôtels de la première moitié du XIXe siècle avaient investi des bâtiments préexistants, les établissements ouverts dans la seconde partie du siècle donnent lieu à de nouvelles constructions. Les premiers grands hôtels sont bâtis au centre ville. Le Grand Hôtel d’Aix, achevé en 1857, s’installe entre le casino Grand-Cercle et les thermes.

A la fin du XIXe siècle, villas et palaces investissent les points hauts de la ville situés à l’ouest, de manière à jouir de l’ensoleillement et du paysage. Commandités par Gaudens Rossignoli, les trois palaces Rossignoli, Splendide (1884), Excelsior(1906) et Royal (1914) , sont bâtis sur les hauteurs de la ville.

Pour accéder au plateau du Revard, en 1892 on installe un chemin de fer à crémaillère reliant le centre ville d’Aix-les-Bains au Revard. La gare de départ, aujourd’hui disparue, est située au sud-est du parc thermal, à l’emplacement actuel du palais des Congrès.

 Dès l’inauguration du chemin de fer à crémaillère, un chalet-restaurant en 1892, puis deux chalets-hôtels en 1893-1894, ouvrent leurs portes sur le plateau du Revard.

Adossés à la pente, le chalet-restaurant et les deux chalets-hôtels privilégient une orientation vers le sud-est, c’est-à-dire vers le soleil et vers le panorama des montagnes, aux dépens de la vue sur le lac visible depuis le sommet.

Le Revard est alors fréquenté à la fois de manière journalière par des étrangers venus d’Aix-les-Bains en excursion, et à la fois de manière plus prolongée par des baigneurs et des convalescents auxquels les médecins recommandent le « bon air » après la cure

 

Au cours des XIXe et XXe siècles, deux ports sont progressivement aménagés. Ils permettent dans un premier temps le transport des marchandises, puis celui des personnes, avant d’accueillir des bateaux d’excursion et de plaisance.

Au ''Grand port '', l’apparition des premiers bateaux à vapeur en 1839 coïncide avec celle des premières excursions organisées pour les villégiateurs.

A la fin du XIXe siècle, baigneurs et étrangers fréquentent quotidiennement les bords de lac, pour de simples promenades ou des excursions en bateaux. Grand Port et Petit Port deviennent facilement accessibles par le service de tramways reliant le centre historique, actif entre 1896 et 1908. Mais si ces deux ports deviennent des lieux de plaisance, ils ne deviennent pas pour autant de véritables lieux de villégiature s’incarnant dans la présence de villas.

Sources : Elsa Belle ( les Carnets de l'inventaire – Service régional)

A suivre avec Lamartine ....

Commenter cet article