Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le XVIIIe siècle : La femme et le libertin. - 14/. -

Publié le par Perceval

Ambiguïté du Féminin-masculin :

Dans une société où les rôles sexués sont clairement définis et délimité... Dans les romans ''libertins'' que signifie ce ''je'' féminin dont l'homme est l'auteur... ?

Margot, « expose au grand jour les rôles divers [qu’elle a] joués pendant [sa] jeunesse », tout comme Fanny écrit à sa « chère amie » qu’elle va retracer « les égarements de [sa] première jeunesse ». Quant à Félicia, elle écrit les « aventures » de sa jeunesse, jusqu’à ses seize ou dix-sept ans environ. Elles écrivent comme elles – ce sont des courtisanes – seraient censés écrire. Ceci ne cautionnant pas le statut de ''femme écrivain'' :

« Voilà, je pense, mon cher bienfaiteur, ce que vous avez exigé que j’écrivisse des détails de ma vie. » Thérèse la philosophe ...

Mademoiselle Javotte : « Encore une brochure, s’écrient déjà nos petits-maîtres caustiques. On n’y peut pas tenir, c’est à périr ! Doucement, messieurs, s’il-vous-plaît ; c’en est une à la vérité, mais brochure où, pour flatter votre goût frivole, on n’y a peint vos sottises qu’avec des couleurs gaies ; brochure où, pour ménager votre faible jugement, on ne s’y est permis d’autres moralités que celles des faits. Enfin, c’est un ouvrage écrit par une jolie femme, et publié par une autre. Pourrez-vous lui refuser votre suffrage ? »

 

Déjà... ! « ce sont les femmes qui […] font la plus grande consommation » de romans » car selon Charles Sorel « elles trouvent qu’ils sont faits principalement pour leur gloire, et qu’à proprement parler, c’est le triomphe de leur sexe » De la Connoissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671

Le roman libertin représente les effets de sa propre lecture...

Le roman libertin, est un genre romanesque qui « semble fonctionner sur la mise en abyme de la lecture (…) « Jamais fille chaste n’a lu de romans. Lecture en cachette, lecture en abyme dans Thérèse philosophe », dans L’épreuve du lecteur. Livres et lectures dans le roman d’Ancien Régime de Mainil J. » en multipliant à plaisir les scènes où il représente sa capacité à porter le trouble dans les sens de son lecteur.

D'autant que les romans libertins ne sont pas lus que par les hommes. Les femmes de certains milieux aristocratiques les appréciaient … La médecine, d'ailleurs soucieuse de pathologie sexuelle ne cesse de vouloir prévenir contre « l’horrible danger de la lecture » de tels ouvrages, en particulier lorsqu’ils tombent entre des mains féminines.

 

La lectrice en tant que telle, le plaisir de la lecture est au cœur du roman libertin...

Dans les textes de Crébillon, tel Le Sylphe (1730) ou Le Sopha (1742), de belles lectrices dénudées lisent pour leur plaisir en solitaire dans le secret de leur cabinet ou de leur chambre à coucher mais le regard masculin n’est pas loin...

Dans ces œuvres, les lectrices se présentent comme des femmes belles et intelligentes mais lascives, la lecture les conduit à l’acte sexuel bien guidées par des maîtres séducteurs.

Mlle Créon et Mlle Tékély de Prévost , Félicia de Nerciat ou la marquise de Merteuil de Laclos , Laure de Mirabeau ou la paysanne pervertie de Rétif de la Bretonne lisent beaucoup et développent une liberté de pensée et des idées qui les conduisent à rompre avec les bienséances et les règles sociales pour vivre à leur guise.

La Dédicace à Zima sur laquelle s’ouvrent les Bijoux indiscrets :

« Zima, profitez du moment, écrit alors Diderot. L’aga Narkis entretient votre mère, et votre gouvernante guette sur un balcon le retour de votre père : prenez, lisez, ne craignez rien. Mais quand on surprendrait les Bijoux indiscrets derrière votre toilette, pensez-vous qu’on s’en étonnât ? Non, Zima, non ; on sait que le Sofa, le Tanzaï et les Confessions ont été sous votre oreiller. Vous hésitez encore ? Apprenez donc qu’Aglaé n’a pas dédaigné de mettre la main à l’ouvrage que vous rougissez d’accepter » Diderot D., Les bijoux indiscrets

 

Fatmé, dans Le Sopha (1742) de Crébillon fils : une « armoire secrète » dissimule des ouvrages licencieux. De cette armoire Fatmé tire un roman dont, nous dit-on, « les situations étaient tendres et les images vives». Bientôt, « Ses yeux devinrent plus vifs ; elle le quitta, moins pour perdre les idées qu’il lui donnait, que pour s’y abandonner avec plus de volupté. Revenue enfin de la rêve dans laquelle il l’avait plongée, elle allait le reprendre, lorsqu’elle entendit un bruit qui le lui fit cacher. Elle s’arma, à tout événement, de l’ouvrage du Bramine : sans doute elle le croyait meilleur à montrer qu’à lire. »

Ainsi, écrit Thérèse :

« Qu’[…] après une heure de lecture, je tombai dans une espèce d’extase. Couchée sur mon lit, les rideaux ouverts de toutes parts, deux tableaux — les Fêtes de Priape, les Amours de Mars et de Vénus — me servaient de perspective. L’imagination échauffée par les attitudes qui y étaient représentées, je me débarrassai des draps et des couvertures et […] je me mis en devoir d’imiter toutes les postures que je voyais. […] Machinalement, ma main droite se porta où celle de l’homme était placée, et j’étais au moment d’y enfoncer le doigt lorsque la réflexion me retint […] que j’étais folle, grands dieux, de résister aux plaisirs inexprimables d’une jouissance réelle ! Tels sont les effets du préjugé : ils sont nos tyrans. […] Quoi ! m’écriai-je, les divinités mêmes font leur bonheur d’un bien que je refuse ! Ah ! cher amant ! je n’y résiste plus. Parais, Comte, je ne crains point ton dard […]. » Boyer J.-B. de, marquis d’Argens, Thérèse philosophe

Notes :

* Le Sopha, conte moral est un conte français de Claude Prosper Jolyot de Crébillon dit « Crébillon fils », rédigé en 1737. Le conte adopte un récit cadre oriental qui renvoie aux Mille et une nuits4 et s’affirme comme une réflexion sur les aléas du désir et de l’amour. Le narrateur, Amanzéï, est transformé en sopha et ne retrouvera sa forme humaine que « quand deux personnes se donneraient mutuellement et sur [lui] leurs prémices ». À l’intention du sultan Schah-Baham, qui s’ennuie, et de la sultane, il raconte les scènes dont il a été le témoin en faisant défiler sept couples. Le dernier, formé de deux adolescents (Zéïnis et Phéléas) dont les jeunes cœurs jouissent innocemment du plaisir qu’ils se donnent, remplit la condition permettant de le libérer.

* Mademoiselle Javotte, ouvrage peu moral, écrit par elle-même et publié par une de ses amies. à Bicêtre, (Paris), 1788, est attribué à l'écrivain français Paul Baret (ou Barret) par le catalogue Paulmy, et par Barbier. La première édition est de 1757. Ce conte facétieux et un peu croustillant raconte les aventures de Javotte, fille d'un portefaix, qui doit vendre ses charmes pour sortir de la misère. "Une note à la main .. dit que l'héroïne du roman vivait à Paris, et qu'elle s'appelait Jeanne Godeau.... de la même famille que Godeau, Antoine, évêque de Vence... fils d'un chapelier de Dreux....

 

* Thérèse Philosophe ou Mémoires pour servir à l’histoire du père Dirrag et de mademoiselle Éradice

Anonyme, Attribué au marquis Boyer d’Argens ( Texte daté de 1748 )

C'est l'histoire d'une relation entre une jeune fille mineure et un vieux prêtre. Ce roman attire l’attention sur la répression sexuelle des femmes à l’époque des Lumières, mais également sur l’exploitation de la sexualité par l’autorité religieuse.

 

A suivre …

Sources : De la représentation au mythe : l'ambiguïtée féminine dans le roman libertin du XVIIIe siècle par Morgane Guillemet

Commenter cet article