Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le XVIIIe siècle : La femme et le libertin. - 6/. -

Publié le par Perceval

Un lieu est le support privilégié du fantasme masculin, support imaginaire du Mythe de la Femme : ce lieu c'est le ''gynécée'' : l'appartement des femmes dans les maisons grecques et romaines. Au XVIIIe siècle, apparaît dans l'imaginaire libertin et au delà : le harem oriental... Ces lieux d’intimité féminine énigmatiques interdits à toute présence masculine...

Ces lieux offrent l'avantage – dans l'optique libertine – de tenir le corps féminin, disponible, enchanteur, désirable et multiple … !

L'Orient est à la mode, au XVIIIe siècle : Antoine Galland a traduit du syrien les contes orientaux des Mille et Une Nuits (entre 1703 et 1717) ; ce qui inspirera Les Lettres persanes de Montesquieu, et un corpus plus léger ...

Ainsi notons : le Sopha de Crébillon fils en 1742, Les Bijoux indiscrets de Diderot en 1748, Les Mémoires turcs de Godard d’Aucour en 1750, les Noeuds enchantés de Fanny de Beauharnais en 1789...

Les Bijoux indiscrets de Diderot évoquent la cour du sultan Mangogul en ces termes : « on entrait aussi librement dans leurs appartements que dans aucun couvent de chanoinesses de Flandres ; et on y était aussi sage» ; la narratrice d’un roman paru anonymement en 1754, Histoire de Mademoiselle Brion, utilise sans cesse la métaphore du sérail, parfois en l’associant à celle du couvent comme elle le fait lorsqu’elle évoque, dans une expression évocatrice de par son double sens, les « soeurs du sérail».

A noter que le ''couvent'', réunit lui aussi quelques unes de ces caractéristiques : il n'est pas exotique, mais il est relié au contexte français, et il est porteur d'un côté subversif...

Le fantasme du sérail, se développe naturellement dans les ''maisons closes'', ce qui est décrit dans Les sérails de Paris, ou Vies et portraits des dames Pâris, Gourdan, Montigny et autres appareilleuses. Ouvrage contenant la description de leurs sérails, leurs intrigues...

Se rajoute donc, la fonction économique du corps féminin... Le fantasme se raccroche alors au sérail, qui arrache les femmes au commerce des hommes...

Atalide, jeune Française enlevée par les Turcs pour devenir l’une des épouses d’Achmet Dely-Azet dans les Mémoires turcs de Godard d’Aucour, commente sa vie :

« Je suis maintenant à Constantinople dans un esclavage que vous avez su me rendre aimable. Le sérail vu de plus près, loin de me déplaire, me paraît un séjour délicieux. L’habitude d’y jouir d’une vie exempte de soins, et toute consacrée à l’amour, a totalement changé mon coeur. La liberté n’a plus de charmes pour moi. »

Saturnin, dans Le Portier des Chartreux, se réjouit à l’avance :

« […] l’espérance d’y goûter sans contrainte toutes les délices de l’amour dans les bras d’un nombre de jolies femmes dévouées à mes désirs offrait à mon coeur une immensité de plaisirs que tous les efforts de mon imagination ne me rendaient que faiblement »

Bien sûr difficile d'échapper, aux règles d'échange entre hommes et femmes, de ce modèle libertin. Cette circulation de la femme dans ce système animé par des hommes, fait d'elle un bien de consommation, et d'échange... Le rôle social du Souper, fait de la femme un point de rencontre entre des gens que rien ne lie...

Si le système économique et masculin semble dominé le principe libertin ( la femme est ''entretenue''), le principe de séduction est réglé par la figure féminine porteuse de ruses et de stratagèmes

Monsieur de Gr*** M*** et le frère Alexis prodiguent leurs « salutaires conseils » à Margot :

« Toute personne du sexe qui veut parvenir doit, à l’imitation du marchand, n’avoir en vue que ses intérêts et le gain. Que son coeur soit toujours inaccessible au véritable amour. Il suffit qu’elle fasse semblant d’en avoir, et sache en inspirer aux autres.

Que celui qui la paie le mieux ait la préférence sur ses rivaux. Qu’elle transige le moins qu’elle pourra avec les gens de qualité : ils sont la plupart hautains et escrocs. De gros financiers renforcés sont plus solides et plus aisés à gouverner ; il n’y a que manière de les prendre.

Si elle est sage, elle éconduira les greluchons : outre que ce sont des animaux qui n’apportent aucun profit à la maison, ils en éloignent souvent ceux qui la soutiennent.

Lorsqu’il se présentera pourtant quelque bonne passade, qu’elle ne se fasse pas scrupule d’une infidélité : c’est le casuel du métier.

Qu’elle imite autant qu’il lui sera possible, la frugalité de Mademoiselle Durocher, et ne se permette les bons morceaux que quand ils ne lui coûteront rien.

Qu’elle ait soin de placer son argent à mesure qu’il lui viendra, et s’en fasse de bonnes rentes.

Si un étranger et un Français, également à leur aise, se trouvent en concurrence auprès d’elle, qu’elle n’hésite pas à se déclarer en faveur du premier.

Indépendamment de ce que la politesse le requiert, elle y trouvera mieux son compte, surtout si elle a affaire à quelques mylords de la Cité de Londres ; Ce sont des gens qui, quoique des cancres au fond, sont capables de se ruiner par orgueil pour qu’on les croie plus riches que nous […]. »

Margot la ravaudeuse de Louis-Charles Fougeret de Monbron (1800)

La femme, alors, n'est plus seulement ''objet''...

« Quoique je n’eusse encore ruiné qu’un seul homme, j’avais déjà assez de bijoux et de précieuses nippes pour pouvoir tenir mon rang parmi nos principales sultanes, et occuper comme elles une chaise au bord de l’orchestre, la jambe nonchalamment croisée sur le genou. Il faisait froid alors. Jamais on ne se montra dans un négligé plus fastueux et plus imposant. Mollement enveloppée sous l’hermine et la martre zibeline, j’avais les pieds dans une boîte couverte d’un velours cramoisi, […]. Dans cet orgueilleux appareil, je faisais d’un air distrait des noeuds avec une navette d’or. Quelquefois je regardais à ma montre, et la faisais sonner. J’ouvrais toutes mes tabatières l’une après l’autre, et me portais de temps en temps au nez un superbe flacon de cristal de roche pour des vapeurs que je n’avais pas. Je me penchais pour dire des riens à mes compagnes, afin que les lorgneurs curieux pussent juger de la tournure élégante de mes membres. En un mot, je commis ce soir-là cent impertinences, dont les benêts de spectateurs étaient enchantés. »

Cette comédie doit s'adresser à un certain baron, qui est alors « plongé dans une espèce de ravissement extatique » Margot la ravaudeuse, précise qu’elle n’était « point fâchée [que le baron qu’elle cherche à séduire la] vît. »

Cette ''Femme'', devient dans un réseau de concurrences et de sociabilités proprement masculines, et surtout son corps, ne sert finalement que de faire-valoir à ces fiertés. Ainsi que le remarque Godard d’Aucour, « il en est de ces femmes comme d’un équipage, certaines gens auraient honte d’être vus à pied et de n’avoir point de maîtresse».

La femme, devient l’objet de la conversation des hommes :

« Eh bien ! mon pauvre Rondain, dit-il à mon monsieur, en lui frappant sur l’épaule, c’est donc cette petite personne-là qui est la souveraine de ton coeur ? Je t’en fais mon compliment, elle est d’une beauté à ravir, elle est faite pour faire tourner la tête à tout l’univers. Mais, mais, marquis, disait-il en s’appuyant négligemment sur un de ceux qui l’accompagnaient, de grâce admire-moi ce minois-là, c’est une divinité ! c’est un prodige ! un miracle ! Ah ! parbleu, cela vaut mieux qu’un Rondain. » Les Mémoires de deux amis. Roman attribué à Paul Baret et paru en 1758.

Enfin, après le sérail, le couvent, ou le bordel ; n’oublions pas parmi les lieux saturés de la présence féminine : les jardins du Palais-Royal :

« C’est dans cette espèce de jardin de franchise que nous usons, en toute liberté, du droit de faire les femmes de conséquence, et de braver impunément l’oeil du spectateur par nos grands airs et notre orgueilleux étalage. […] Une multitude infinie de jolies femmes de toute espèce en font un des principaux ornements. Les espaliers qu’elles forment sur des sièges le long des arbres de la grande allée offrent à l’oeil émerveillé un spectacle aussi pompeux que riant et récréatif, et dont l’admirable variété est au-dessus de toute description.. » Margot

« On était alors dans la belle saison, et nous allions nous promener le soir au Palais-Royal, mon gouverneur et moi. […] Le jardin était déjà peuplé d’un grand nombre de femmes ; mais il en vint sur les huit heures un renfort considérable. A la quantité de leurs pierreries, à la magnificence de leurs ajustements, et à la foule de leurs poursuivants, je les prie au moins pour des duchesses. » Sélim, dans Les Bijoux indiscrets de Diderot

A suivre …

Sources : De la représentation au mythe : l’ambiguïté féminine dans le roman libertin du XVIIIe siècle par Morgane Guillemet

Promenade du Jardin du Palais Royal

Promenade du Jardin du Palais Royal

Commenter cet article