Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marguerite de Valois: ''La Ruelle mal assortie''

Publié le par Perceval

La Ruelle mal assortie (ca 1610) ou entretiens amoureux d'une dame éloquente avec un cavalier gascon plus beau de corps que d'esprit et qui a autant d'ignorance comme elle a le sçavoir.

De, Marguerite de Valois (1553-1615)

Marguerite de Valois, connue sous le nom de ''Reine Margot'' d'après le surnom que lui a donné Alexandre Dumas, est la fille de Henri II et Catherine de Médicis, et donc la sœur des trois derniers rois de la lignée des Valois. Elle est célèbre pour sa culture et pour ses nombreux amants. On dit que la belle Margot, étant née sensible, est devenue l'une des grandes amoureuses du siècle, et si riche en liaisons qu'il n'en coûte rien de lui en prêter... Mariée de force par sa mère à Henri IV afin de réconcilier les catholiques aux protestants, elle se révolte plus tard et doit s’exiler avant de laisser sa place de reine de France à Marie de Médicis....

''La Ruelle mal assortie'', serait l'œuvre de Marguerite de Valois, petite-nièce par le sang, et petite-fille par alliance de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, et qui avait été elle aussi reine de Navarre, elle mériterait comme sa grand'tante d'être comptée parmi les meilleurs écrivains de la Renaissance française. Elle écrit de si jolies lettres que Brantôme crie son enthousiasme...

La Ruelle mal assortie est un court dialogue ''philosophique'' où Marguerite de Valois et son jeune amant en titre démontrent chacun à sa façon l'excellence de l'amour pur et de l'autre.

La Dame savante et éprise d'idéal, se plaint que le jeune gascon soit inculte et qu'il ne puisse la satisfaire que physiquement - ce a quoi elle se résout - après avoir vainement essayé de le convertir a l’honnête conversation d’amour.

- «Je vous aime byen sans tant philosopher », soupire le Gascon, a la torture. « je viens quand vous me mandes venir », « je suis captif et despends de vos volontes », serine‐t‐il. Alors que la Dame l'accable sur un ton méprisant...

Elle : « mon inclination ne tend qu'à ces petites voluptés qui proviennent des yeux et de la parole, qui sont, sans comparaison, d'un goust plus savoureux et de plus de douceur que cet autre plaisir que nous avons de commun avec les bestes. »   
Lui : « - Je prends grand plaisir à faire la beste. »

Elle : « - Vous avés raison, car c'est sans contrainte et sans prendre grande peine, et croy qu'il faut bien, veu l'antipathie de nos humeurs, la discordance de nos génies et la dissemblance de nos idées, qu'il y ait quelque vertu secrette qui agisse pour vous »

Lui : « - Je vous aime byen sans tant philosopher. »

Elle : «  vous feriés bien mieux d'employer le temps à lire l'Equicola, Leon Hebrieux ou Marcel Ficin (*), qu'en l'entretien de ces coquettes qui parlent tousjours et ne disent rien, que je suis lasse de vous en tant crier. » (...)

(*) Ce sont trois des grands classiques de l'amour platonique.

Elle : « - L'esprit, pourtant, est bien plus à aymer, c'est lui qui tient le coeur quand la beauté l'a pris ; mais il faut, malgré la raison, que chacun ayme son semblable ; et pour vous la cause en est, sans guere subtiliser, que vous estes tout corps et n'avés point d'esprit, et ne sçauriés juger des vrayes voluptés, en tant qu'elles viennent de l’ame par raison de science ; mais ouy bien des fausses voluptés, parce qu'elles procedent des sens exterieurs ; et encore en jugés vous bien mal le plus souvent, vous laissant coiffer si aisément à toutes les laides qui se présentent. »
Lui : « - Aussi bien je ne suis coiffé que de vous. » (...)

La « vertu secrette »du jeune homme, mystérieusement évoquée en ouverture, s’y dévoile de manière très pragmatique :

Elle - «il faut confesser qu'il n'y a pas grand peine à vous faire déclarer une beste, advouant que j'ai tort de vous faire parler, puisque vous avés trop plus de graces à vous taire ; et faut occuper desormais vostre bouche à un autre usage, et en retirer quelque sorte de plaisir, pardonnant a la nature qui employant tout a polir le corps, n’a rien peu reserver pour l’esprit. […] Approches vous donc, […] car vous estes mieux pres que loing. Et puisque vous estes plus propre a satisfaire au goust qu’a l’ouie, recherchons d’entre un nombre infini de baisers diversifies, le quel sera le plus savoureux pour le continuer. O ! qu’ils sont doux […] ; j’en suis toute esmue et en rougis jusque dans les cheveux. […] Eh bien ! vous voila enfin dans vostre element […] Ha ! j’en suis hors d’aleine et ne m’en puis plus ravoir ; et me faut, n’en deplaise a la parole, a la fin advouer que, pour si beau que soit le discours, cet ebatement le surpasse ».

L'attribution de ce texte à Marguerite de Valois est contesté, soit qu'il serait trop féministe, ou plutôt jugé misogyne par l’excès même du texte … D'autres critiquent le dénouement ''contradictoire'' où l'héroïne succombe à l'amour vulgaire et le dit supérieur en agrément à l'autre... ''La Ruelle'' ne serait qu'une satire, avec des propos repris de Marguerite... On sait qu'elle confia ses notes au poète François Maynard qui pourrait en être l'auteur …

Marguerite de Valois, se distinguait par sa culture et se goûts intellectuels... A Usson et à Paris, elle ne se mettait pas à table sans avoir entendu discourir sur des ''propos non communs '' de forts honnêtes gens et savants ( Brantôme).

Commenter cet article