Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marguerite de Valois – 4/-

Publié le par Perceval

Henri de Navarre, ''se console'' en batifolant avec une dame d'atours de la reine mère : la gracieuse Mme. de Sauve :

Charlotte de Beaune-Semblançay, vers 1572. Elle épouse en 1569 Simon Fizes, seigneur de Sauve Charlotte devient la maîtresse du roi de Navarre (le futur Henri IV de France) en 1572 et reste sa maîtresse jusqu'en 1577. Elle aurait eu également pour amant François d'Alençon en 1575, (frère du roi Henri III)  

Elle a "le tétin ferme et blanc, emplissant bien la main du gentilhomme, la cuisse longue et la fesse alerte". Elle est l'une des femmes utilisées par Catherine de Médicis, pour espionner les gens de la cour. Elle a également pour amant François d'Alençon en 1575, (frère du roi Henri III), qu'elle oppose à Navarre dans une furieuse rivalité.

La reine Margot nous dit dans ses Mémoires : « Il ne me parlait presque plus. Il revenoit de chez elle fort tard, et pour l'empêcher de me voir, elle luy commandoit de se trouver au lever de la royne, où elle étoit sujette d'aller, et après, tout le jour, il ne bougeoit plus d'avec elle."...........

Henri de Navarre ne se cache d'ailleurs nullement de cette liaison, même à sa femme, puisque Marguerite ajoute un peu plus loin ; "Il me parlait de cette fantaise aussi libremement qu'à une soeur, connaissant bien que je n'en étais aucunement jalouse, ne désirant que son contentement..."

Après François d'Alençon, Henri de Navarre profite des troubles de la cinquième guerre de religion pour s'enfuir, le 5 février 1576. Il vient de passer plus de trois ans comme otage à la cour... Il s'était converti au catholicisme et s'était donc lié politiquement avec le frère du roi, François d'Alençon.

Parti, il rejoint ses partisans, et renoue sans éclat avec le protestantisme, en abjurant le catholicisme.

D’octobre 1578 à mai 1579, la reine mère Catherine de Médicis lui rend visite pour achever la pacification du royaume. Espérant le maintenir plus facilement en obéissance, elle lui ramène son épouse Marguerite.

Pendant plusieurs mois, le couple Navarre mène grand train au château de Nérac. ( Nous en reparlerons ...)

 

 

 

Henri se laisse aller lui-même aux plaisirs de la séduction, il s'éprend tour à tour de deux filles de compagnie de sa femme : Mlle Rebours et Françoise de Montmorency-Fosseux dite « la belle Fosseuse », (1566 -1641). 

Marguerite suivra le conseil de sa mère et chassera Fosseuse de la cour en 1582.

Henri le prend comme une injure personnelle, mais ne fait rien pour la récupérer, il préfère tomber sous le charme de la « belle Corisande », Diane d'Andoins : femme réputée d'une grande beauté et d'une culture non moins étendue - elle est notamment en relation avec Montaigne -, elle s'éprend de littérature courtoise et c'est dans le roman de chevalerie Amadis de Gaule qu'elle trouve l'héroïne à qui elle peut s'identifier, au point qu'elle adopte son nom : « Corisande ».

Commenter cet article