Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-

Publié le par Perceval

Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-

"Accroupi dans les vapeurs bleu et rose d'une aube naissante, le Winter Palace étirait le long du Nil sa façade de vieux cake rassis, entre deux bouquets de palmiers mités par la pollution du gasoil. Le vieil hôtel, toutefois, perpétuait crânement une époque disparue, celle où Thomas Cook and Sons étaient encore les seuls dispensateurs d'exotisme. Des rechampis jaune d'oeuf soulignaient dans un ensemble marron indécis les détails d'une architecture où l'entrelacs modern'style le disputait aux palmettes de lotus pharaoniques. Immuable, le vieux caravansérail tenait la dragée haute aux années dans l'alignement du grand temple des Thoutmosis et des Aménophis, y maintenant un tourisme qui avait glissé, par les effets du temps, de la villégiature chic à une industrie de masse. Cependant des stores orange, flambant neufs, tirés sur les terrasses et un vieux mobilier en rotin, ressorti des greniers pour remplacer les sièges et les tables de plastique, plus conformes au goût de la clientèle des tours-operators, laissaient présager un changement...." Pierre Combescot - Le Songe de Pharaon.

Le Steam Ship Sudan est le dernier témoin de la navigation sur le Nil à la Belle Epoque. Dans son sillage flotte l’esprit visionnaire de Thomas Cook et l’histoire des plus belles croisières sur le fleuve.

En 1869, la création du canal de Suez ouvre la voie au transport maritime entre Europe et Asie. L’économie et le tourisme de l’Egypte en profitent. Thomas Cook, visionnaire entrepreneur britannique, mise alors sur ce pays mêlant des millénaires d’histoire à une douceur de vivre unique. Convaincu que ce potentiel attirerait l’aristocratie britannique, Cook et son fils (Cook & Son) organisent la première croisière sur un bateau vapeur loué au khédive.

En 1876, L’Egypte passe sous protectorat britannique. Cook développe alors ses voyages sur le Nil. En 1880, il obtient la concession de toute la navigation touristique.

1911-1921 : Une nouvelle flottille de vapeurs Cook composée de l’Egypt, l’Arabia et le Sudan, est créée. Plus rapides, ils réduisent à 20 jours la durée d’une croisière Le Caire-Assouan. Ladies et gentlemen se précipitent à bord.

1922-1935 : Sudan et tourisme fluvial coulent des jours heureux sur le Nil. Diplomates, hommes d’affaires, archéologues naviguent à la découverte de l’Egypte et de ses sites. En 1933, Agatha Christie, accompagne son mari alors en mission archéologique à bord du bateau. Lors de ce voyage, la romancière trouve l’inspiration de Mort sur le Nil.

1939-1991 : La Seconde Guerre Mondiale sonne le glas du tourisme en Egypte. Le Sudan est laissé à quai pendant plus de 50 ans. Au début des années 90, face à la démocratisation du tourisme et le nouveau boom des croisières sur le Nil, un armateur égyptien remet le Sudan en exploitation pour le compte d’un tour opérateur allemand, puis le bateau est à nouveau abandonné.

 

« Nous abordons; le voyage est fini, tout à fait fini, voyage charmant, si facile que œ n'est qu'une longue promenade, cinq semaines pendant lesquelles, libre de tout souci matériel grâce aux soins incessants et prévoyants de l'agence Lubin, je n'ai eu qu'à me laisser vivre et à admirer, voyage ou je n'ai pas eu une désillusion, où tout ce que j'attendais s'est trouvé être plus intéressant, plus beau, plus grandiose que je ne l'attendais, où le rêve a été surpassé par la réalité, dont pas un accident, pas même un ennui n'a assombri une seule journée, voyage accompli au milieu d'aimables compagnons qui, inconnus la veille resteront, je l'espère, les amis de demain, heures enfin qui compteront parmi ces belles heures de la vie dont le souvenir vous charme encore longtemps après qu'elles se sont écoulées.

Et pourtant, quand le lendemain, lourd d'une nuit passée en wagon, je me réveille à l'aube, que les paysages familiers courent derrière les vitres, coteaux bourguignons aux sommets boisés, vallées encore voilées de la brume matinale, moutonnement des collines, allées de peupliers au bord des ruisseaux, jolis villages dont les toits fument, rivières paisibles glissant dans les prés argentés du givre de la nuit, et, quand sur tout cela, pointant soudain au-dessus du plateau ondulé, le soleil lance sa première flèche, que tout renaît, frémit, s'illumine, pâlissent les souvenirs des longues rives basses du grand fleuve, des champs verts déployés au seuil des rochers jaunes troués d'hypogées, des palmiers balancés au-dessus des villages où passent les hommes bruns aux robes claires et les femmes voilées, pâlissent même ceux des énormes temples à demi ensevelis, des colonnes debout ou écroulées, et je répète la phrase du vieil Heinsius : « Après celui du Ciel, il n'est pas de royaume plus beau que le tien, ô France, ô douce France ! » H.R. ''Cinq semaines en Egypte'' 1903.

Autre source : Un Voyage En Egypte; Au Temps Des Derniers Rois - Alain Blottiere

Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-
Un voyage en Egypte, après 1900 -4/4-

Voir aussi:

Un voyage en Egypte, après 1900 -1/.- - Il était une fois ...

 - L'Égypte a sa saison : on n'y séjourne que de Novembre en mars, quand le pays prodigue la douceur de ses journées tièdes. Le fou furieux ...

Un voyage en Egypte, après 1900 -2/.- - Il était une fois ...

 - Un voyage en Egypte, après 1900 -2/.-. Arrivée à Alexandrie : « A notre dernier dîner à bord, le cadran est encore avancé de 25 minutes = total ...

Néfertiti, la Belle venue d'ailleurs... -1/3- - Il était une fois ...

 - Une reine ( et ancienne princesse d'Égypte) qui vient de mettre au monde une petite fille... Son père est le souverain d'un royaume prospère et ...
 

Commenter cet article