Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mme d'Aulnoy - La baronne aventurière

Publié le par Perceval

Marie-Catherine Le Jumel de Barneville naît vers 1650 non loin de Honfleur, dans une famille de petite noblesse normande.

Le 6 mars 1666, âgée tout juste de seize ans, elle est forcée de se marier à Saint-Gervais à Paris avec François de la Motte, baron d'Aulnoy. Ce valet de pied du duc de Vendôme a environ quarante-six ans, il est coureur de jupons, pilier de cabaret et est endetté. Il lui fait cinq enfants, ce qui donne à la jeune dame tout le temps de le détester et de prendre un amant.

En 1669, aidée de sa mère et de deux gentilshommes, elle le fait arrêter sous un faux prétexte : il est accusé d'outrage verbal contre la majesté royale... Parvenant à se disculper, le baron est rapidement libéré. Les deux gentilshommes normands responsables de la dénonciation ( dont l'amant …) sont décapités en place de Grève. Pendant que l'on a arrêté les deux hommes, Marie-Catherine est parvenue à s’échapper par un escalier dérobé. Elle s'est réfugiée dans une église voisine et a passé la nuit sous un catafalque qui reposait là. Elle demeure introuvable le temps que cessent les recherches et se réfugie en Angleterre. De là, elle passe en Espagne où, désireuse de rentrer en grâce, elle accepte de rendre au Royaume de France quelques discrets services.

Commencent alors pour Mme d’Aulnoy quinze années d’errance durant lesquelles elle sillonne l’Europe, des Flandres à l’Espagne en passant par l’Angleterre. On dit d'elle qu'elle espionne pour Louis XIV dans les cours européennes, en Angleterre, en Flandres, et surtout dans une Espagne encore orientale, qui la choque et la fascine; la comtesse séduit beaucoup, se laisse séduire, et à l'occasion manie le poison. ( cf l'Histoire De La Comtesse d'Aulnoy de Fernande Gontier)

En 1681, Madame d'Aulnoy devient veuve. En 1685, ayant obtenu le pardon de Louis XIV, elle rentre en France et s’installe rue Saint-Benoît à Paris où elle tient un salon littéraire fréquenté par Mme de Murat, Melle L’Héritier mais aussi Saint-Evremond et le prince de Conti. En 1690, paraît son premier livre, l’Histoire d’Hippolyte, comte de Douglas, dans lequel elle insère un conte de fées, "L’île de la Félicité", initiant ainsi la mode qui ne débutera que quelques années plus tard. Entre 1697 et 1698, la baronne écrit vingt-cinq contes, parmi lesquels La Chatte Blanche, L'Oiseau bleu ou Le Nain Jaune. La baronne est un auteur prolixe, publiant près d’un livre par an jusqu’à sa mort le 14 janvier 1705. Elle reste aujourd’hui l’auteur de contes de fées la plus publiée en France après Charles Perrault.

En 1699, elle est mêlée à un nouveau scandale, une tentative d'assassinat cette fois, dont l'intéressée est une amie intime, Mme Ticquet, femme d'un conseiller au parlement, qui sera décapitée pour avoir tué son époux . Elle s'en trouve quitte finalement, et meurt six ans plus tard.

Si de nos jours Mme d’Aulnoy est connue pour ses contes de fées publiés entre 1697 et 1698, elle fut surtout célèbre en son temps pour ses nouvelles et pseudo-mémoires ayant principalement pour cadre l’Espagne et l’Angleterre. Elle reçut de nombreux éloges dans les journaux et revues de l’époque et plusieurs de ses œuvres furent rapidement traduites à l’étranger. Son style témoigne d’un grand sens de l’observation, d’une remarquable finesse dans l’analyse des sentiments et d’une fantaisie extrême au point que Jacques Barchilon la présente comme un "Rabelais féminin".

Sources : Exposition Bnf – Les Contes de Fées.

 

Mme d'Aulnoy - La baronne aventurière
Mme d'Aulnoy - La baronne aventurière
Mme d'Aulnoy - La baronne aventurière
Mme d'Aulnoy - La baronne aventurière

Commenter cet article