Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Dames illustres: XVe s.

Publié le par Perceval

« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle
« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais.  Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle

« Les XXI Epistres des Dames illustres traduicttes d’Ovide par le Reverend Pere en Dieu Monseigneur l’Evesque de Angoulesme », c'est à dire traduites par Octovien de Saint-Gelais. Octovien de Saint-Gelais traduisit pour Charles VIII entre 1490 et 1493 les 21 Heroides d’Ovide en décasyllabes à rimes plates. Très vite, l’imprimerie s’empara du texte dont elle produisit de nombreuses rééditions pendant la première moitié du XVIe siècle

Au XIIe siècle, Ovide exerce sur les clercs médiévaux une attraction telle qu’on peut parler de fascination. Ovide va pénétrer la matière des écoles, jusque là exclusivement constituée des écritures saintes et des écrits de Pères de l’Eglise. Avec Virgile, il sera l’auteur antique le plus lu et imité de tout le Moyen Âge.

Chrétien de Troyes lui-même, d’après le prologue de son Cligès, aurait commencé son activité d’écrivain en « translatant » (c’est-à-dire en traduisant au sens médiéval du terme, en adaptant) des fables ovidiennes :

« Cil qui fist d’Erec et Enide, / Et les comandemanz Ovide / Et l’art d’amors en romanz mist / Et le mors de l’espaule fist, / Del roi Marc et d’Iseut la Blonde, / Et de la hupe et de l’aronde / Et del rossignol la muance, / Un novel conte recomance. » (vers 1 à 8)  

 

Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.

Les recueils de Vies de femmes illustres se développent et se multiplient aux XVe et XVIe siècles au point de constituer un véritable genre littéraire à succès. Écrits ou traduits en français et rendus ainsi accessibles au public féminin, ils sont souvent adressés à de grandes dames dont ils font l’éloge.

La mise en lumière des femmes célèbres s’avère en effet un moyen de réfuter les attaques contre les femmes, particulièrement intenses à partir de la fin du Moyen Âge.

La Cité des dames (1405) de Christine de Pizan, qui emprunte à la fiction-cadre du songe (Dans le prologue, Raison, Droiture et Justice incitent Christine à défendre l’honneur féminin en édifiant la Cité. ), est d’abord un éloge des femmes et une réfutation des arguments misogynes, les exemples de femmes illustres jouant ici un rôle de narration à l’appui du discours...

Martine Vasselin, « on constate à travers ce corpus littéraire le caractère confus de la notion d’héroïne. […] les femmes atteignent à la notoriété, justifient l’admiration, aux yeux des auteurs, pour des raisons multiples, parfois d’une façon dont elles ne sont pas responsables volontairement ou directement ».

Jean Dufour, dont le splendide manuscrit enluminé des Vies des femmes célèbres qu’il offre à Anne de Bretagne, en 1504, présente une sèche suite chronologique de quatre-vingt onze notices (Comme chez Boccace, les femmes y sont exemplaires car représentatives d’un vice à fuir ou d’une vertu à rechercher.), de la Vierge à Jeanne d’Arc.

Dans le prologue allégorique de la Nef des dames vertueuses, que Symphorien Champier dédie à Anne de France et à sa fille en 1503, dame Prudence demande à l’auteur de défendre les dames contre leurs détracteurs. Il se compose de quatre livres très différents : une liste de femmes célèbres, un traité sur le mariage,un livre de prophéties et une anthologie du commentaire de Ficin sur le Banquet de Platon. Dans le premier livre qui nous intéresse ici, les louenges fleurs et deffenssoir des dames, les vies de cent trente-trois femmes antiques, bibliques puis saintes sont classées par ordre chronologique.

Chez l’universitaire Pierre de Lesnauderie, c’est une Louenge de mariage qui introduit le Recueil des hystoires des bonnes, vertueuses et illustres femmes (1520) compilant « environ deux cens » exempla de la bonté des femmes regroupés dans six chapitres thématiques  (Par exemple « De la sagesse, prudence, sapience et devotion des femmes », « De [leur] litterature, clergie et science », « De [leur] patience, charite et liberalite », « De [leur] force, vertu, prouesse et chevalerie ».) qui visent à convaincre maître Zacharie le Gouez, « voisin familier et disciple » de l’auteur, d’opter pour le mariage.

L’ouvrage  Les Controverses des Sexes Masculin et Femenin (1534) est écrit contre les idées nouvelles et les formes littéraires raffinées en l’honneur des femmes.

 

Sources : Etude de Tatiana Clavier 

Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.
Les Dames illustres: XVe s.

Commenter cet article