Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Taj Mahal - Une belle histoire d'amour -2/2-

Publié le par Perceval

Au petit matin, Mumtaz Mahal ferme les yeux pour l’éternité, nous sommes le 17 juin 1631.

La dépouille mortelle de Mumtaz Mahal est baignée de camphre et d'eau de rose puis enveloppée dans cinq tissus précieux. Quatre proches parents la transportent jusqu'au lieu d'inhumation. Elle est temporairement enterrée dans un jardin au bord de la rivière Taptià deux pieds sous terre, son corps aligné du nord au sud et son visage tourné vers la Mecque.

Shahan Jahan garde le deuil pendant quarante jours. Il ne porte que du blanc, couleur de deuil, et ses cheveux se mettent également à blanchir. Il va souvent se recueillir sur sa tombe où il sanglote jusqu'à l'aube. La musique ne l'intéresse plus et il refuse de pénétrer dans le quartier des femmes que lui rappelait trop sa présence. Pendant deux ans, Shahan Jahan est un homme brisé. Cette affliction plonge son empire dans un deuil profond qui dure deux années, pendant lesquelles toutes les festivités sont annulées et où aucune musique n’émane du royaume.

Six mois après son décès, il fait transporter sa dépouille à Agra, non loin du lieu qui deviendra sa demeure final. Le jardin où sera construit son mausolée est acheté au maharaja de Jaipur.

Il convoque l’architecte perse le plus célèbre, Usad Ahmad de Lahore, fait assassiner sa femme, pour qu’il puisse ressentir la peine de cette perte et la projeter dans l’édifice. Grande est sa peine, sublime est son chef-d’œuvre.

Les travaux commencent en 1632. L’empereur fait appel aux meilleurs joailliers, aux meilleurs architectes, à des artisans venus de Perse mais aussi de l’Empire Ottoman et d’Europe afin que son palais soit l’un des plus magnifiques. La naissance du Taj Mahal a été conçue comme le plus beau des bijoux dans un magnifique écrin de marbre.

Mumtaz rejoint enfin sa somptueuse et dernière demeure en 1654. Le Shah Jahan tombe malade et le pouvoir est disputé par ses fils, dont Aurangzeb qui finit par faire enfermer son père. De sa cellule, il contemple encore pendant huit années, le Palais du Taj Mahal construit pour sa belle.

La légende dit qu’il finit par mourir, tourné vers cette lumière, celle de son amour éternel.

Le Taj Mahal, qui signifie « Palais de la Couronne », est situé à Agra, au bord de la rivière Yamunâ dans l’État de l’Uttar Pradesh en Inde.

Le chroniqueur officiel de Shâh Jahân, Abdul Hamid Lahori indique que le Taj Mahal est achevé fin 1643 ou début 1644. Mais à l’entrée principale une inscription indique que la construction s’est achevée en 1648. L’État de l’Uttar Pradesh, qui a célébré officiellement le 350e anniversaire de l’édifice en 2004, affirme quant à lui que les travaux se sont achevés en 1654.

Le Taj Mahal est construit en utilisant des matériaux provenant de diverses régions de l’Inde et du reste de l’Asie. Plus de 1 000 éléphants sont employés pour transporter les matériaux de construction durant l’édification. Le marbre blanc est extrait du Rajasthan, le jaspe vient du Panjâb, la turquoise et la malachite du Tibet, le lapis-lazuli du Sri Lanka, le corail de la mer Rouge, la cornaline de Perse et du Yémen, l’onyx du Deccan et de Perse, les grenats du Gange et du Boundelkand, l’agate du Yémen et de Jaisalmer, le cristal de roche de l’Himalaya. En tout, 28 types de pierres fines ou ornementales polychromes ont été utilisés pour composer les motifs de marqueterie incrustés dans le marbre blanc.

Le dôme central du tombeau est entouré par quatre minarets identiques, qui s’inclinent vers l’extérieur de telle sorte qu’en cas de tremblement de terre, ils s’écroulent dans la direction opposée au tombeau. À la gauche du monument se trouve une mosquée, faite de grès rouge, qui a été construite afin de sanctifier l’endroit et fournir un lieu de culte aux pèlerins.

Inscrit au patrimoine mondial de l'humanité en 1983, le Taj Mahal semble aussi immaculé aujourd'hui qu'à l'époque de sa construction. Il a connu une restauration majeure au début du XXeme siècle. En 2002 après avoir été progressivement sali par la pollution urbaine, il a retrouvé sa splendeur grâce à une ancienne recette de masque de beauté (le multani mitti) un mélange de terre, de céréales, de lait et de chaux utilisé jadis par les femmes indiennes pour embellir leur peau. Aujourd'hui seuls les véhicules non polluants peuvent s'approcher du mausolée.

Commenter cet article