Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J. Cocteau, et une femme: Natalie Paley – Yseult -1/2-

Publié le par Perceval

Jean Cocteau aime s’entourer de personnes de la haute société et de femmes d’origines princières comme Marie-Laure de Noailles ou Natalie Paley, ce que les surréalistes ne lui pardonnent pas. Cherchant la protection des femmes, il fréquente les salons des « précieuses » de la Belle Époque dont Mme Lucien Muhlfed, la comtesse Greffuhle ou Mme Alphonse Daudet. Cocteau y brille.

 

Deux des figures féminines influentes dans la vie de Cocteau présentent une dualité très claire, se situant entre le sacré et le profane, entre le mystère et la réalité, entre la vie et la mort : sa mère, mais aussi Natalie Paley (1905-1981).

BALLETS RUSSES  - Arts vivants -  1924

Portrait de Jean Cocteau

peint entre 1910 et 1912.


Deux femmes mortelles sacralisées par le poète, inclues dans son imagerie féminine grâce à leurs doubles fictionnels, grâce à l’écriture. Elles formeront ensemble les deux côtés opposés, mais nécessaires de son idéal féminin, un idéal féminin, soit dit en passant, qui lui ressemble : Cocteau est la vive image de sa mère - Picasso lui dira « J’aime ta mère qui te ressemble ». Natalie Paley est l’absolu contraire d’Eugénie et cependant : […] ressemblant à Jean Cocteau sur bien des points, [elle] en est son parfait miroir. Natalie est une intuitive, une contemplative ; son charme et sa douceur sont infinis. Elle partage son attirance pour l’inexprimé, l’inexplicable, la magie, et, comme lui, elle s’apparente aux êtres qui, gardant le goût de l’enfance et du secret, ne vieillissent pas.

 

Un article d'Arthur King Peters résume très bien l'histoire de cette liaison de Cocteau : « Un jour Serge Lifar se rendit à une projection privée du «Sang d'un Poète» (1930), accompagné d'une très belle jeune femme. C'était Nathalie Paley Lelong que ses amis appelaient Natacha. Au premier regard, Cocteau décida qu'elle était faite pour lui donner le fils qu'il s'était mis à 41 ans à appeler de ses voeux ; Natacha (1905- 1981), princesse russe de la famille des Romanov, fille du grand-duc Paul Alexandrovich de Russie et de la Princesse Paley, née Karnovitch, fut totalement conquise par l'esprit et le charme du poète, et une liaison se développa vite entre eux. Les commérages du gratin parisien sur Cocteau et Natacha s'amplifiant, Lelong demanda le divorce.

Marie-Laure-de-Noailles

 La princesse remarquait que, bien que Cocteau parlât de mariage, son jeune compagnon Jean Desbordes, était toujours présent.

La plus proche amie de Natacha était Marie-Laure de Noailles, dont la juvénile affection pour Cocteau n'avait pas entièrement disparue, malgré son mariage avec le vicomte de Noailles. Quand Marie-Laure apprit, par Christian Bérard, que Natacha et Jean vivaient ensemble, la jalousie la mit en fureur. Elle dit à Natacha que Cocteau ne l'épouserait jamais et que, de toute manière, il ferait un mari minable. Son avis fut entendu.

Natacha partit brusquement pour une clinique suisse, et une rupture survint entre elle et Cocteau, qui en fut vivement blessé. Quand il apprit la traîtrise de Marie-Laure, il se mit à sa recherche et la gifla en présence de Natacha. Marie-Laure rentra chez elle en fureur et brûla tous les papiers que Cocteau lui avait donnés depuis des années, dont le manuscrit de La Machine Infernale...» 

 

Voir Articles: 

Commenter cet article